chargement en cours

Michel Fugain, l'interview : Tout cela est inoubliable

Actuellement en concert avec Pluribus, Michel Fugain a accepté de répondre à nos questions. Rencontre avec l'artiste qui continue de partager et de prendre du plaisir...

Publié par Pauline . le 07/02/2018
Michel Fugain, l'interview : Tout cela est inoubliable

Michel Fugain est de passage à Marseille avec son band Pluribus ! Après 50 ans de carrière il garde la même énergie et le même plaisir à retrouver son public. Ses titres n'ont pas pris une ride, le public prend toujours autant de plaisir a retrouver : La FêteUne belle histoire, Chantecomme si tu devais mourrir demain...

Avant son concert au Silo, Michel Fugain a accepté de répondre à nos questions.

Interview :

 

76 ans plus de 50 ans de carrière et toujours cette envie de partir en tournée, toujours une grande énergie, quel est votre secret ? 

On n'est pas tous égaux devant la génétique et on fait un métier incroyablement beau, dans lequel il est bon de travailler ! C'est vrai que c'est deux heures à plein régime mais notre métier est vraiment enrichissant. Mes spectacles me rechargent en énergie. Et puis, comme un sportif qui s'arrête longtemps, on sait qu'il ne reviendra pas au même niveau qu'avant ! Il ne faut jamais s'arrêter, ça entretient la forme, le coeur ! Ce métier nécessite une vraie force physique et mentale. Il n'y a rien de pire que les arrêts.

 

Pourquoi le nom Pluribus ?


Je me suis réveillé un matin au Québec avec ce mot-là. J'ai sauté sur mon ordi et je n'ai pas trouvé d'autre groupe de ce nom. J'ai seulement trouvé que E pluribus unum était devise américaine. A partir de plusieurs on ne fait qu'un

Sur scène vous n'êtes plus 12 mais 7, pourquoi ?


Les cuivres n'ont plus de raison d'être car Pierre Bertrand est parti, c'est lui qui était responsable de la musique de Pluribus. Il avait fait tous les arrangements, c'est un vrai jazzman. Puis à un moment il a souhaité retourner faire du jazz. Donc nous avons pris la décision de retirer les cuivres, l'énergie et la rythmique n'étaient plus la même.



Qu'est ce qui attend le public lors de ce concert ?


Des chansons qu'ils connaissent, des chansons qu'ils connaissent moins ou qu'ils ne connaissent pas. Il y a une part de causerie dans tout cela ! Quand je leur fais la bête immonde qui date de 1995, faite pour la montée de Le Pen, je m'aperçois qu'en Europe il y a plein de revirement politique, la chanson je vais devoir la chanter encore quelque temps...



Votre femme est dans ce projet, ça fait quoi de partager cette aventure avec sa moitié ?


On est fusionnel, on ne se quitte pas et on est toujours ensemble ! Toute notre attention est dirigée vers les gens, c'est eux qui nous importent ! C'est là que les émotions passent.

Vos chansons sont reprises par la toute nouvelle génération, qu'est ce que ça vous fait d'entendre vos chansons chantées par des jeunes ?


Très franchement, je les ai presque tous rencontrés et je les ai adoré. Ils ont une fraîcheur incroyable, tout cela c'est magnifique ! Où je suis moins d'accord c'est sur les couleurs musicales ! Ils auraient pu être un petit peu plus ambitieux, ce n''est pas très novateur tout cela au niveau des rythmiques !

 

C'est incroyable le nombre de gens que j'ai rencontrés, le nombre de musiciens avec lesquels j'ai joué... 

 

Pouvez-vous nous raconter un ou des moments qui vous ont marqués dans votre carrière ?


Avec le Big Bazar j'ai beaucoup appris et je me suis donné l'occasion d'être un vrai homme de scène pendant 5 ans ! Puis il y a eu la grande fête au Havre "Un jour d'été dans un havre de paix" avec 800 personnes sur scène et avec la chanson Un chiffon rouge. Tout cela c'est inoubliable ! C'est incroyable le nombre de gens que j'ai rencontrés, le nombre de musiciens avec lesquels j'ai joué... Tout cela c'est emmagaziné, c'est tellement bon. Mais parce que tout ce qui nous arrive c'est nous qui le provoquons. Quand j'ai monté un atelier à Nice j'ai passé les trois plus belles années de ma vie. On regarde pousser des petites plantes s'épanouir, c'était incroyable le bonheur que c'est de donner et de transmettre !


Michel Fugain, qu'est ce qui vous rend heureux ?


Ma famille, ma fratrie, mes petits-enfants ! Mon métier m'a rendu heureux pendant 50 ans. Je n'ai pas eu un bide dans ma vie. Tout roulait ! Tout est passé comme un éclair.