chargement en cours

Véronique Gallo en tournée avec The One Mother Show ''Je vis une très belle histoire''

Véronique Gallo est l'une de ses super-womans qui arrive à allier sa vie de maman avec sa vie d'artiste. Son secret ? Dire tout haut ce que toutes les mères pensent tout bas sur le web et sur scène. Rencontre avec cette artiste qui nous vient de Belgique !

Publié par Pauline . le 25/03/2019
Véronique Gallo, l'interview

Mais quel parcours ! Véronique Gallo a commencé à écrire très jeune ! Entre une vie faite de grimaces, de théâtre, d'études de lettres, de départs aux Etats-Unis puis en Suisse, de retour en Belgique, de mariage, d'enseignement (oui elle était professeure dans une autre vie), d'enfants (1 puis 2 et enfin 3)...

On imagine une vie qui défile à 100 à l'heure !  Et puis il y a eu des rencontres celles de Jean Lambert et d'Amandine Letawe puis la création de son personnage de maman (débordée) de 4 enfants  (dans la vie, elle en à trois!) Il y a eu tout d'abord l'écriture de « On ne me l’avait pas dit » en 2008, « Mes nuits sans Robert » en 2009 et « Tout doit sortir » en 2013,

Suivi d'un premier roman « Tout ce silence » en 2012, une tournée en Belgique, une nouvelle pièce en 2015 intitulée Chacun sa place.

En 2015, Véronique Gallo devient Youtubeuse avec ses chroniques Vie de mère et tout s'enchaîne. Le public la retrouve sur Téva puis arrive The One Mother Show actuellement en tournée.

Avant son passage dans la région, la rédaction a voulu en savoir plus sur cette super-woman : 

Véronique Gallo, l'interview

publicite

Quand on lit votre bio, on se demande comment est ce possible de faire tout cela en une vie ! C'est quoi votre secret ? 

Véronique Gallo : Je ne sais pas très bien mais vu que je suis passionnée par ce que je fais et que j'ai eu la chance de changer de vie, car j'étais professeur de lettres avant  et réaliser mes rêves, bien j'avoue que ça me donne une énergie pas possible !

Le théâtre a toujours fait partie de votre vie, mais quel a été le déclic pour en faire votre métier ? 

Véronique Gallo : J'ai toujours su que je monterais sur scène, après il m'a fallu du temps pour me l'avouer. Je voulais des enfants, une famille, tout cela s'est mis en place très lentement. J'ai eu plusieurs déclics, mon père est décédé quand j'étais assez jeune, puis le faite d'avoir mes propres enfants, je me suis dit que je ne voulais pas être grand-mère et dire à mes petits-enfants "Vous savez, mamie écrivait beaucoup, mamie adorait le théâtre mais mamie n'a pas pu !" Je pense que c'est une volonté de transmission !
Je vis une très belle histoire, personne n'y croyait vraiment même si mon entourage m'a soutenu !

 

Les internautes vous ont suivu lors de vos skypes avec votre psy tous les mercredis.. qu'est ce que vous a apporté cette expérience ?

Véronique GalloÇa a fait beaucoup dans ma carrière et youtube a permis de sortir de la Belgique d'être repéré par la boîte de production de Kev Adams.  J'ai deux grands garçons et une petite dernière de 6 ans. Avec ma dernière, j'ai replongé dans la fatigue, les mauvaises nuits... et je me suis dit qu'il y avait vraiment quelque chose à partager. Je ne raconte absolument pas ma vraie vie, sinon mes enfants seraient très malheureux et mon mari aussi. Par contre les émotions, ce sont des émotions que j'ai déjà ressenties ! C'est pour ça que les gens qui viennent me voir pensent que je raconte du vrai ! Ce sont des émotions universelles ! Je crois que quand on est parent, on passe tous par le même questionnement, les mêmes phases. Depuis toujours on nous dit que la maternité ou la paternité vont totalement nous épanouir, évidemment c'est une vraie chance et un vrai bonheur mais c'est quand même un fameux métier !

Quelle réaction du public vous a le plus marqué ?

Véronique Gallo :  C'est vrai que je questionne beaucoup le public dans mon spectacle, c'est assez interactif et ca donne naissance à plein de réponses assez dingues ! Je me souviens l'année dernière à Paris il y a eu un soir où mon personnage dit "Ahlala, j'ai l'impression je ne vais pas m'en sortir, je ne vais pas y arriver..." et il y a des mamans qui ont crié "Et bien ça ne va pas s'arranger, plus ils vont grandir, plus ça va être pire !" Il y a une spontanéité qui se noue entre le public et moi qui fait que les mamans se lâchent ! On est dans une société ou avec les réseaux sociaux il faut tout le temps donner une image un peu idéalisée, parfaite d'une vie avec les enfants mais on ferait bien de faire des photos de nous avec notre "tronche dans le cul"! Je trouve ça plutôt très chouette d'en parler, ça ne me gêne pas d'avouer mes failles !

Vous n'auriez pas un petit côté Florence Foresti ?

Véronique Gallo : Ah ! C'est vrai que je suis très admirative de Florence Foresti ! Après que quand j'ai créée le personnage, je n'ai pas du tout le même point de vue ou le même regard ni la même forme d'humour ! Mais si je l'adore... Moi je n'ai pas cette sensation d'avoir un côté Florence Foresti mais peut-être que j'en ai un car j'admire tellement son travail ! C'est la première qui a mis le doigt sur plein de choses aussi ! Mais j'aime beaucoup le travail des femmes humoristes comme Muriel Robin, Valérie Lemercier... toutes ses femmes qui ont porté un regard sensible sur la femme, moi ça me parle beaucoup !

Véronique Gallo en tournée et de passage dans la région :