chargement en cours

Diamond Dance bientôt au Dôme, l'interview

Rencontre avec Michael Xerri, directeur artistique de Diamond Dance de passage à Marseille le 14 décembre. A ses côtés, Sarah Magassa et Céline Baron, danseuses, ont répondu à nos questions.

Publié par Pauline . le 03/12/2018
Diamond Dance bientôt au Dôme, rencontre avec l'équipe du spectacle

Après 4 représentations à Paris, ils partent en tournée ! Avant leur passage au Dôme de Marseille la rédaction a rencontré Michael Xerri, directeur artistique de Diamond Dance et Sarah Magassa et Céline Baron danseuses dans le spectacle. 

 

De quoi parle le spectacle Diamond Dance ?

Michael Xerri : L'histoire se passe à Los Angeles. On a Raph qui est responsable d'un studio de danse Hip-Hop. Il a avec lui toute une équipe. C'est un peu le grand frère de tous ces jeunes. Il vient de milieux défavorisés. La danse et le hip hop plus particulièrement est son exutoire. D'un autre côté, il y a  Marie, danseuse classique, qui du coup vient d'un milieu plus aisé et a suivi une éducation beaucoup plus traditionnelle et rêve de devenir une grande soliste dans un très grand balle international. Par une circonstance que je ne peux pas vous dévoiler ces deux opposés se rencontrent et on s'aperçoit que tout les oppose et pourtant ils vont réussir, par la danse à trouver des similitudes et des accroches qui vont leur permettre de vivre une histoire d'amour.
A côté de cette histoire, il y a ce fond de compétition. Une compétition avec un money Prize qui pourrait sauver le local. Mais le rapprochement de notre danseur principal avec cette jeune danseuse classique va créer un clivage dans son équipe !

Sur scène, on retrouve donc des danseurs mais pas seulement ? 

Michael Xerri : Oui, le spectacle est composé de 20 danseurs mais aussi  3 musiciens. Il y a sur scène un trio à cordes avec violon, premier violon alto et violoncelle. Du coup ce trio à cordes est aussi intégré dans cette équipe classique.Côté danseurs, il y a des danseurs qui viennent plus du classique et des danseurs qui sont issus de comédies musicales.

Pourquoi cette histoire se déroule à Los-Angeles? 

Michael Xerri : Ce phénomène de street danse a pris une grosse ampleur là-bas. Par l'intermédiare de films comme Sexy-dance. Un an après la sortie du film des gamins qui avaient vu le film pouvaient vraiment aller participer à des vraies compétitions mondiales avec du battle face à face.  Sarah Magassa et Céline Baron comment vous êtes-vous retouvées dans cette aventure?

Sarah Magasse : Un casting s'est déroulé à Paris il y avait à peu près de 150 candidats filles et garçons confondus. Et il y avait deux jours de casting. Le premier jour c'était une chorégraphie où il y a eu un écrémage. Le deuxième jour encore une autre chorégraphie et un freestyle.

Quelles sont vos rôles à chacunes dans Diamond Dance?


Céline Baron : Alors moi je suis donc la chef des méchants, Emma. Il y a eu un incident avec avec Raph et donc je prends relais, le fameux jour de répétition et je prends les meilleurs avec moi et je fais mon héros des méchants qui s'appellent les Black Tiger. Voilà donc après on est en compétition avec le groupe de rap. Gentils. à la fin des gentils.

Sarah Magasse : moi aussi je fais partie des méchants ! 

 Après tout ça, quelle image avez-vous du classique maintenant?

Sarah Magasse : On imagine que j'ai toujours eu beaucoup de respect pour le classique, c'est une discipline que je respecte le plus. Pour moi ce sont des athlètes! 
Céline Baron : Je suis toujours aussi admirative de la discipline. Ca paraît impossible à exécuter parce que c'est très impressionnant.

Est-ce le premier spectacle qui arrive à mêler justement ces deux styles ?

Michael Xerri  : Le premier spectacle grand public oui! Après il y a eu divers exercices, dans le contemporain par exemple, des breekeurs se sont mêlés à des orchestres symphoniques ou des danseuses classiques qui ont fait des mélanges de genres, mais ce n'était pas sous forme d'une histoire grand public.
C'est la première fois que l'on va avoir une adaptation de cette génération de films de danse qui pour moi est actuelle. On reste sur du spectacle de danse mais le show est écrit comme un film c'est à dire que les phrases sont des phrases punchline on est pas sur une écriture avec des grandes tirades. Les axes de comédie ont été réfléchis pour ne pas que ce soit juste des grandes tirades. Au même titre que l'on a fait une partie dans le spectacle qui était pour moi et une partie comme dans les films. J'appelle ça un time lapse c'est à dire lorsque le temps y passe. 

La première a eu lieu il y a un an, comment-vivez-vous cette aventure ? 
Sarah Magasse : C'est une équipe qui s'est vraiment rapprochée qui fonctionne très bien, donc l'expérience est super enrichissante. On a joué que quatre fois ensemble, maintenant on a hâte d'être en tournée pour voir les réactions du public!