chargement en cours
publicite

L'épidémie flambe dans les Bouches du Rhône et le Var avec un taux d'incidence au delà de 400

Le seuil des 400 de taux d'incidence a été franchi dans tous les départements de la région. En une semaine, les niveaux de contamination se sont affolés dans le Var et les Bouches du Rhône. L'arrivée du troisième confinement se précise.

Publié par Jean-Baptiste Fontana le 28/03/2021 - Modifié le 29/03/21 19:54
L'épidémie flambe dans les Bouches du Rhône et le Var avec un taux d'incidence au delà de 400

Article mis à jour ce lundi 29/03 avec l'intégration des chiffres du Ministère de la Santé en date du vendredi 26/03. (les courbes n'ont pas été réactualisées, elles intègrent les données au 25/03 publiées le 28/03)

Entre la semaine du 15 mars et celle du 22 mars, le niveau des contaminations a bondi de 27% dans les Bouches du Rhône. Dans le Var, la hausse des contaminations est de 17%.

Les chiffres du Ministère de la Santé confirment les craintes remontées par les Marins-Pompiers de Marseille à partir des analyses des eaux usées. Il y a eu une vive accélération de la diffusion de la covid-19 dans notre région la semaine dernière.

Désormais, le taux d'incidence est de 456 dans les Bouches du Rhône et de 437 dans le Var au 26 mars.

La semaine dernière, il était de 340 dans les Bouches du Rhône et 360 dans le Var.

Vers un reconfinement dès cette fin de semaine?

Jusqu'à présent, le gouvernement a appliqué les mesures supplémentaires assimilées à un troisième confinement dans les départements où le taux d'incidence dépassait les 400 pour 100.000. Depuis jeudi 26 mars, toute la région était en zone de vigilance renforcée, ce qui sous-entendait qu'en cas d'aggravation de la situation, elle serait placée sous ce régime plus strict du confinement. C'est donc ce scénario qui est en train de se produire.

Certains médias évoquent une prise de parole d'Emmanuel Macron ce mercredi. Le sort des écoles pourrait notamment évoluer vers une fermeture générale.

Quel impact pour le carnaval de la Plaine et les apéros géants?

Marseille s'est distinguée ces derniers jours avec plusieurs événements qui ont rassemblé un large public, sans respect des gestes barrières.

Difficile, voire même impossible, de calculer l'impact réel des contaminations liées à ces rassemblements importants. Et si on prend l'exemple du carnaval ayant eu lieu dimanche dernier, le temps d'incubation de trois jours en moyenne plus celui des tests, ils n'apparaissent pas encore dans ces chiffres. Seuls les tests sur les eaux usées permettent d'avoir une tendance plus rapide, et eux, confirment effectivement un emballement à Marseille les jours après le carnaval.

Mais il est certain que ces regroupements, et plus largement le relâchement général de la population après un an de contraintes, ont joué un rôle dans l'accélération de la pandémie ces derniers jours.

Toute la région touchée. Les contaminations flambent aussi dans les Alpes Maritimes.

Cette progression est observée dans toute la région, et pas uniquement les Bouches du Rhône. Le Vaucluse, les Hautes Alpes et même les Alpes de Haute Provence, plutôt épargnés jusqu'à présent, passent désormais la barre des 400 pour 100.000.

La situation est particulièrement inquiétante dans les Hautes Alpes où les contaminations ont réellement bondi en quelques jours, et passent là aussi au dessus de la barre des 400  en une semaine, le taux d'incidence du département a augmenté de 58%, passant de 265 à 405, et désormais au dessus de la moyenne nationale.

Plus inquiétant encore, malgré la mise en place du confinement d'abord le weekend puis désormais toute la semaine, les Alpes Maritimes voient elles aussi le taux d'incidence passer de 406 à 463. Les dernières mesures n'ont donc eu aucun impact permettant de diminuer la diffusion du virus, on est revenu à la situation d'une dizaine de jours en arrière.

courbe Alpes Maritimes / Sce: Geodes Min. de la Santé

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.