chargement en cours

Des élus aux syndicats, Olivier Véran fait l'unanimité contre lui dans les Bouches du Rhône

Les maires, les syndicats patronaux et salariés, les présidents de la région et de la métropole sont tous unis pour dénoncer la décision du gouvernement de fermer les bars et restaurants dans la métropole d'Aix Marseille. Une décision incomprise face à la baisse des contamination depuis le 7 septembre.

Publié par Jean-Baptiste Fontana le 25/09/2020
Des élus aux syndicats, Olivier Véran fait l'unanimité contre lui dans les Bouches du Rhône

Environ un millier de personnes selon nos estimations réunies ce matin devant le Tribunal de Commerce de Marseille, les maires du la métropole unis pour signer une tribune collective hier soir au Pharo... Olivier Véran a décidant seul et sans concertation de la fermeture des bars et restaurants de la Métropole Aix Marseille a réussi à faire l'unanimité contre lui et à faire parler d'une seule voix la gauche à la droite, les syndicats salariés et patronaux. L'union de la métropole est en marche dans un vent de révolte contre Paris face à cette décision incomprise.

L'application de la mesure remise en cause par certains restaurateurs

"Ouvert! Ouvert!" La tentation de la désobéissance monte chez de plus en plus de professionnels. Certains ont annoncé leur décision de ne pas baisser le rideau. Et même du côté des maires, à l'image de celui de Sénas, on annoncé qu'il serait ce samedi matin à la terrasse d'un bar pour boire son café.

L'état ne pourra plus compter sur le soutien des maires pour appliquer la mesure. De nombreux maires, à l'image de celui de Martigues ou Marseille, ont annoncé que leurs polices municipales ne serait pas disponible pour faire la chasse aux établissements restés ouverts.

Le Ministre attendu ce vendredi après-midi

Olivier Véran va tenter d'expliquer sa décision cet après-midi en descendant à Marseille. Il sera à la Timone puis à la Prefecture. De nouveaux rassemblements sont annoncés de la part du secteur dont les représentants rencontreront le ministre autour d'une table ronde. Des discussions risquent d'être animées autour des chiffres tout d'abord. Ils sont en baisse pour les contaminations depuis le pic atteint dans les Bouches du Rhône le 7 septembre dernier. Pour les réanimations, le département est sur un plateau depuis quelques jours, mais tous les spécialistes s'accordent pour expliquer qu'il existe toujours un décalage entre les contaminations et l'admission en réanimation.

L'autre question qui sera au coeur des discussion, c'est qui va payer la note: Jean Castex a annoncé hier soir un renforcement du dispositif d'indemnisation. Mais depuis la fin du confinement, il est limité à un nombre très restreint de bénéficiaires et les représentants du monde économique soulignent que c'est toute l'économie du territoire qui est touchée par les conséquences de cette fermeture.

Les juges auront le dernier mot sur l'application de l'arrêté

Le Président de la Région et plusieurs maires ont d'ores et déjà annoncé leur intention d'attaquer l'arrêté, dès que celui-ci sera publié. Une avalanche de recours attend le tribunal administratif qui devra décider en référé si la décision du gouvernement est conforme au droit et à la réalité du terrain.