chargement en cours

Pollution : Les opérations de nettoyage des côtes varoises devraient durer au moins 15 jours

Le début du nettoyage des plages souillées par le pétrole a commencé ce jeudi sur trois communes du Var. Près de 150 personnes sont mobilisées.

Publié par Jean-Baptiste Fontana le 18/10/2018
Pollution : Les opérations de nettoyage des côtes varoises devraient durer au moins 15 jours

Les plages traitées en priorité

Dès ce jeudi, une centaine d’hommes s'est attaquée au nettoyage des trois plages les plus touchées : Pampelonne à Ramatuelle, Les Salins à Saint-Tropez et la Nartelle à Sainte Maxime. Ces grandes plages sont particulièrement touchées et l’action de nettoyage y est plus facile.

Ce jeudi soir plusieurs secteurs de plages ont déjà été nettoyés indique la Préfecture du Var:
A Sainte-Maxime, 400 mètres de linéaire ont été traités.
A Saint-Tropez, 500 mètres de linéaire ont été traités à La Moutte et 400m aux Salins.
A Ramatuelle, 300 mètres de linéaire ont été traités.

Ensuite, dans un second temps, les équipes se chargeront de nettoyer les côtes rocheuses. Le travail y sera bien plus complexe : il faudra gratter avec des truelles les rochers, attraper le fioul flottant avec des épuisettes… Un immense travail de précision sur près de 14km de côtes.

« Ces actions doivent être menées de manière fine et avec précaution. Une action trop brutale aurait l’avantage d’être visible, elle aurait des inconvénients sérieux sur le plan écologique » Jean-Luc VIDELAINE, Préfet du Var

En effet, la posidonie morte sur les plages joue un rôle essentiel en hiver en s’accumulant et en protégeant le sable de l’action d’érosion due aux vagues. Il faut donc éviter de prélever inutilement de la posidonie.

Des conséquences minimes pour l’environnement

Une fois ces opérations de nettoyage terminées, les conséquences devraient être quasi nulles pour la faune et la flore expliquent les agents du Conservatoire du Littoral présents ce jeudi.

A ce jour, aucun oiseau n’a été recensé comme s’étant englué dans le pétrole. Selon nos constatations, moins de 10% de la surface des plages est engluée, et le pétrole est très peu présent en mer.

Sous l’eau, peu de risque aussi pour les poissons. Le pétrole ne se dissout quasiment pas avec l’eau de mer. « Seule une très petite partie s’est dissoute dans l’eau, environ un à deux pourcent » explique Karine Dubosc du CEDRE, Centre de documentation, de recherche et d'expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux basé à Brest.

La durée et Le coût de l’opération encore incertain

Difficile de connaître aujourd’hui le montant de l’opération, puisque sa durée sera variable en fonction de la rapidité du nettoyage. Environ 150 personnes, militaires, fonctionnaires et bénévoles (comité des feux de forêt) sont mobilisées. Au-delà du coût humain, des moyens techniques sont aussi engagés : tractopelles, contenants spéciaux pour le pétrole, gants, bottes…

La Préfecture a fait appel à un stock Polmar dédié à ce type d’événements et stocké en permanence à Port de Bouc. Elle a aussi acheté en urgence du matériel léger ( gants, bottes, combinaisons…).

Le coût de cette opération de nettoyage est pris en charge par l’Etat dans un premier temps qui facturera ensuite les armateurs des deux navires, après avoir défini les responsabilités de l’accident. Mise en cause, ce serait donc logiquement la CNT, Compagnie tunisienne de navigation qui devrait en assumer une grande part.

La Région a annoncé dans la journée qu'elle participerait aux frais de dépollution en engageant 100.000€ dans son plan de dépollution.

"Nous nous tenons prêts à intervenir dans les prochains jours sur une aide matérielle ou humaine pour venir renforcer les équipes déjà sur place en cas de besoin." a déclaré Renaud MUSELIER, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et Député européen.

Côté durée, le préfet du Var, Jean-Luc Videlaine a précisé que les opérations allaient durer au minimum une quinzaine de jours, notamment pour le traitement des plages. C’est une durée estimée qui pourrait être bien plus longue pour le traitement sur les zones rocheuses.

Le pétrole ramassé va être ensuite rassemblé puis expédié vers Fos-sur-Mer où il sera traité.

Près de 150 personnes engagées pour nettoyer les plages 

30 personnels municipaux
40 forestiers sapeurs du conseil départemental du Var
17 bénévoles de l’association départemental des comités communaux feux de foret et des réserves de sécurité civile du Var
20 sapeurs-pompiers du Var
36 militaires de la sécurité civile du ministère de l’intérieur (UIISC7 Brignoles)

Les zones impactées depuis mardi 

Ce jeudi soir, 24 plages sont souillées:

Sainte-Maxime
plages de la Nartelle, La Madrague, Les Oursins, La Croisette et Les Sardinaux
Saint-Tropez
plages de La Moutte, Ponche, Les Salins et des Canebiers
Ramatuelle
plages du Tahiti, Pampelonne et de l’Escalet (linéaire de rochers et Cap Lardier)
La Croix-Valmer
sur le linéaire entre le Cap Taillat et le Cap Lardier
Hyères, sur l’île de Porquerolles,
plages de La Courtade, Notre-Dame, Alycastre et Pointe Prime
Grimaud
plages de Port Grimaud Sud, Port Grimaud Nord, Saint-Pons-les-Murs
Cogolin
plage des Marines de Cogolin
 Gassin
plages de la Bouillabaisse, Moune, Malleribes et Loriot