chargement en cours

Claude Camous raconte Pirates et Corsaires en Provence

Le 10/12/2017 - Marseille - La Cité des associations
Terminé
Publié par claude camous le 13/09/2018 - Modifié le 19/11/18 11:22
Claude Camous raconte Pirates et Corsaires en Provence

Annulé : Lundi 10 Décembre 2018 à 17 H. Pirates et Corsaires en Provence à la Cité des Associations - Salle Artémis suite aux inondations de la salle Artémis qui est momentanément fermée pour travaux. Nous regrettons ce contretemps indépendant de notre volonté.

Lundi 10 Décembre 2018 à 17 H. Claude Camous raconte :

Pirates et Corsaires en Provence

des Grimaldi à « La Royale »

Attention : 

Annulé : Lundi 10 Décembre 2018 à 17 H. Pirates et Corsaires en Provence

 

à la Cité des Associations - Salle Artémis

 

suite aux inondations de la salle Artémis qui est momentanément fermée pour travaux.

 

Nous regrettons ce contretemps indépendant de notre volonté.

 

 

 

 

Tout au long des siècles, la piraterie, conçue presque comme un métier, se développa en Méditerranée et les barbaresques ne furent pas les seuls à la pratiquer. Du Moyen-Age au début du XVIIIe siècle, elle prospéra aussi bien chez les chrétiens que chez les musulmans, au point de devenir une sorte de jeu. Claude Camous nous entraîne dans le sillage des Pirates et des Corsaires en Provence, des Grimadi à « la Royale ».

 

Les pillages en haute mer s’expliquent évidemment par l’appât du gain, mais la piraterie tissait aussi de part et d’autres de la Méditerranée, son étendard religieux pour préparer la guerre sainte.

Nous verrons que le honteux trafic des esclaves ne fut pas un monopole des musulmans de la côte africaine. Les génois en particulier, longtemps l’une des plus grandes puissances maritimes en Méditerranée, déshonorèrent leur commerce en faisant notamment la traite des blanches pour approvisionner les harems des pays du Maghreb. A la fin du XVIIe siècle, à Gênes, de riches armateurs se faisaient encore servir par des esclaves barbaresques. Notre époque est-elle plus vertueuse en ce domaine ? On peut en douter malheureusement lorsque l’on constate l’odieux trafic des migrants de nos jours et leur vente aux enchères comme esclaves en Libye et sans doute ailleurs…