chargement en cours

« Cette année ça va être la guerre » Comment les pompiers vont protéger les calanques cet été?

Un massif en alerte rouge dès la fin mai: Les conditions sont exceptionnelles cette année, mais le massif des Calanque peut compter sur l'expertise des Marins-Pompiers pour le protéger face aux risques incendies.

Publié par Jean-Baptiste Fontana le 10/06/2022
« Cette année ça va être la guerre » Comment les pompiers vont protéger Calanques cet été

« Nous sommes au début de l’été de tous les dangers, tous les indicateurs sont au rouge, tout est réuni : touristes, chaleur, sécheresse et vent. Cette année ça va être la guerre !» Le ton du Maire de Marseille est alarmiste en ce début du mois de juin. Les pompiers estiment que les risques incendies ont un mois d’avance par rapport à la normale. 

La fermeture des massifs pour risque incendie dès le début du mois de juin est exceptionnelle, à la mesure des dangers qui menacent le Parc National des Calanques et les autres massifs de la région.

Chaque année, une part du massif est grignotée par le feu à cause de dizaines de départs de feu. Ils sont en général contrôlés rapidement grâce à d’importants moyens déployés, mais parfois la lutte est inégale : 4600ha en 1997, 1000ha en 2009, 400ha en 2016: Le Parc National des Calanques continue de porter aujourd'hui les séquelles des précédents grands incendies.

Les Calanques, un massif particulièrement exposé

Benoît Payan, le maire de Marseille le reconnaît: « Marseille est une ville sous le vent, c’est une spécificité de sa géographie. Elle risque plus que d’autres des coups de mistral et une sécheresse plus importante. C’est pour cela qu’on est au dessus des autres dans notre capacité à réagir et que l’on est inventif. »  Car étant situé au sud de la ville, le mistral, le vent du nord, souffle de la ville vers le massif et fragilise encore plus le Parc National des Calanques.

Si on y rajoute un relief escarpé qui complique l'accès et facilite la propagation du feu, mais aussi les problématiques de surfréquentation et cette proximité avec la ville, le cocktail devient vite explosif.

Les Marins-Pompiers de Marseille sont donc à la pointe de l’innovation pour protéger ce trésor écologique des flammes. « Toutes ces technologies, cela va nous permettre d’être en avance comme personne d’autre dans le monde. Les Marins-Pompiers sont une unité d’élite.» souligne fièrement Benoît Payan.

Des capteurs installés au cœur de la forêt pour prévenir les pompiers

200 capteurs vont être installés dès cet été dans les collines marseillaises pour alerter automatiquement les Marins-Pompiers en cas d’alerte : ces capteurs intelligents et autonomes communiquent entre eux par Bluetooth et vont être installés sur les arbres. En cas de présence anormale de fumée ou d’une trop forte température, ils vont immédiatement déclencher une alerte. Ils seront espacés de 200m chacun et installés dans des zones difficiles d’accès ou peu visibles des vigies.

L’objectif est de faire gagner de précieuses minutes pour une intervention plus rapide des premiers pompiers.

Un camion avec une super caméra pour traquer les points chauds de loin

le VAMO

C’est le plus vieux camion des Marins-Pompiers, il date de 1991, mais il a été équipé des toutes dernières technologies. En haut de son mât qui s’élève à 6m, une caméra optronique scrute à 360° les massifs. Dotée d’un capteur infrarouge, elle permet aussi de détecter les sources de chaleur. Elle peut viser une zone de 24km², ce qui lui permet de surveiller une bonne partie de Marseille depuis le sommet de l’Etoile par exemple.

Ensuite, en cas d’incendie, ce camion peut être déployé plus proche pour permettre un suivi en temps réel de la progression de l’incendie.

Un ballon qui scrute le massif à 800m de haut

Pour une bonne vigie qui détecte les départs de feux, il faut prendre de la hauteur. Le ballon captif des Marins-Pompiers peut monter jusqu’à 800m de haut, une altitude idéale pour avoir une vue panoramique du massif des Calanques et détecter ainsi la moindre fumée suspecte.

Seul inconvénient, en cas de vent fort à plus de 70km/h, le ballon ne peut être envoyé. Et c’est précisément les jours de grand vent que les risques sont les plus élevés.

Des pompiers positionnés au cœur du massif et équipés de retardant

En cas de départ de feu, les premières minutes sont cruciales pour éviter que l’incendie ne devienne incontrôlable.

Lors des journées à risque, 150 Marins-Pompiers et 45 véhicules sont pré-positionnés au cœur du massif, dans les zones les plus sensibles pour intervenir immédiatement.

Il sont complétés par deux hélicoptères prêts à décoller à tout instant.

Parmi les nouveaux équipements de cette année, un immense camion de retardant. Avec sa soute de 10.000 litres, il permet de traiter une zone menacée par les flammes et facilite le travail d’extinction du feu. Sa capacité est comparable à celle d’un canadair, mais il a l’avantage de pouvoir opérer 24h/24.

Sensibilisation et fermeture des massifs

En été, la population de Marseille dépasse le million de personnes. Le Parc National des Calanque est l’un des spots favoris des touristes, mais aussi le plus fragile. Outre les dangers liés à la sur-fréquentation, c’est tout un travail de sensibilisation qui doit être mené pour expliquer que l’on ne peut pas fumer dans les calanques, ni y faire de barbecue. Cela semble évident pour les locaux, mais dans la plupart des forêts du nord de l’Europe et dans les Alpes il existe de nombreuses aires de pique-nique avec des barbecues.

Les équipes du Parc National et de l’Office du Tourisme de Marseille doivent donc mener un grand travail de pédagogie pour expliquer aux visiteurs la fragilité du massif face au risque d’incendie.

« Il faut le dire. Les Marseillais et Marseillaises le savent, ils connaissent leur ville et y sont attachés. On va le dire aux touristes qui vont venir cette année par centaines de milliers dans nos massifs. » Benoît Payan

Et quand ce dernier devient trop élevé, c’est la solution radicale de fermer le massif qui est prise. Le risque devient trop élevé : non seulement par rapport à la possibilité de déclencher un incendie, mais aussi sur les difficultés qu’auraient les pompiers à évacuer des milliers de visiteurs pris au piège d’un incendie dans les calanques.

Accès Massif Calanques

> La carte de l'accès aux massifs mise à jour quotidiennement

photo: Archives Frequence-sud.fr / Incendie dans les calanques à l'été 2016

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.