chargement en cours
publicite

Le préfet n'exclut pas d'interdire des événements de moins de 5000 personnes dans les Bouches du Rhône

Pierre DARTOUT, le préfet des Bouches du Rhône souhaite faire le point avec les organisateurs d'événements pour savoir s'ils peuvent être maintenus ou doivent être annulés, y compris certains qui accueilleraient moins de 5000 personnes.

Publié par Jean-Baptiste Fontana le 06/03/2020
La préfecture n?exclut pas d?interdire des événements de moins de 5000 personnes dans les Bouches du Rhône

Cet article a été rédigé avant l'annonce de ce dimanche soir.

Désormais tous les événements de plus de 1000 personnes sont interdits.


 

Pierre DARTOUT, préfet de région et des Bouches du Rhône a précisé ce vendredi soir comment se prennaient les interdictions de spectacles dans le département. Mercredi dernier, il a décidé d'interdir les deux concerts de Dadju prévus au Dôme ce weekend. Ils devraient rassembler jusqu'à 9000 personnes par soir.

Il ne devrait pas y avoir d’autres annulations car aucun événement n’est supérieur à 5000 personnes ces prochains jours.

Mais dans les prochaines semaines, et en fonction de l’évolution de la propagation du coronavirus, la doctrine d’interdiction pourrait évoluer:

"Nous allons voir quels sont les événements organisés dans les trois ou quatre semaines à venir à Marseille et dans les Bouches du Rhône. Nous nous adaptons. Il est possible que nous interdisions des événements de moins de 5000 personnes si nous considérons que les organisateurs ont plus de temps pour s’organiser". Pierre Dartout, Préfet de région.

La bonne nouvelle, c'est que ce vendredi soir il n'y aurait aucun 'cluster', ou foyer de propagation libre, du virus en Provence Alpes Côte d'Azur. Les 31 cas de coronavirus dans la région sont identifiés et, à priori, n'auraient pas contaminés d'autres personnes selon l'ARS.

Pour ces raisons, les autorités considèrent, qu'à cette heure ci, que la plupart des événement peuvent être maintenus.

"C'est une ligne d'équilibre entre la nécessité d'être parfaitement transparent sans cacher les risques et dangers, d'exprimer des recommandations et la nécessité de ne pas créer la moindre panique. C'est donc de l'adaptation à l'évolution de la situation et de la réactivité".

Des décisions prises en concertation avec les organisateurs

L’idée est de le faire en concertation avec les organisateurs et les mairies concernées. "Il y a toujours une part d’appréciation qui est laissée aux autorités locales" souligne le préfet. "Nous avons désormais le calendrier des événements. Nous avons questionné les lieux d’accueil des rassemblements, et notamment ceux qui ont vocation à faire l’objet d’une interdiction."

Les matches de l’OM maintenus pour le moment

L’inquiétude est moindre pour les matches au stade vélodrome. Malgré la récente couverture du stade, il reste considéré comme une enceinte en plein air. Seul le déplacement des supporters pourrait, dans certains cas, faire l’objet d’une interdiction:

«Ca dépend de quelle région tout d’abord. Ensuite, il nous appartient de déterminer si un club se situerait au cœur d’un cluster. Il y aurait certainement des précautions à prendre. Mais ce n’est pas le cas pour l’instant. Tant que l’on est dans cette phase 2, la situation n’appelle pas une accentuation des mesures.»

Pour le moment, seul le département du Haut-Rhin a mis en place des mesures très restrictives avec une interdiction de rassemblements de plus de 50 personnes et l’intégralité des rencontres sportives qui doivent désormais se dérouler à huis-clos.