chargement en cours
publicite

Solitudes duo au Pavillon Noir, le reportage

Le chorégraphe canadien Daniel Léveillé présentait « Solitudes duo » au Pavillon Noir de Aix en Provence en ce début février.

Publié par Pauline . le 23/02/2020 - Modifié le 25/02/20 17:40
Solitudes duo au Pavillon Noir, le reportage

Derrière ce titre se cache un ensemble de six duos dansés sur un espace de la scène délimité en ses côté par des projecteurs rasants.

Dans « Solitudes duo » les relations entre partenaires de danse se font et se défont à l’instar des relations humaines.

Ainsi, les couples s’assemblent et se séparent, les interprètes qui quittent la scène, revenant parfois pour une nouvelle danse avec un autre partenaire. Si tout au long de cette création le vocabulaire chorégraphique reste le même, chaque acte de cette pièce mettant en scène un duo évolue lui à sa manière propre, avec son rythme, ses mouvements, ses répétitions, ses tics et ses tocs.

Ces mouvements parlent un même langage aux accents différents.

Chaque couple exécute des portés spectaculaires enchaînés sur un imperturbable tempo, impeccablement cadencé. Les équilibres sont parfois subtils, à bout de bras et de souffle, les muscles tendus avec l'intensité propre aux relations fortes.

Ces performances sont comme une mise à l'épreuve de l'un par l'autre des danseurs qui les mènent tous 2 (presque) à bout. Une réelle prouesse physique pour un résultat éminemment esthétique.

… et pourtant, volontairement, le chorégraphe choisi de n’inclure ni émotions, ni sentiments dans le jeu des danseurs ce qui place le public dans une position d'observateur. Comme détaché des actions se spectateur ne s'identifie pas spontanément aux personnages de la scène, il regarde ces couples tels des événements relationnels et profite alors d'un point de vue plus distant, potentiellement plus réfléchi sur l'évolution des personnages … un voyage hypnotique !

Noémie Roudaut

Photos Didier Philispart