chargement en cours
publicite

Sanary: La Pointe de la Cride se refait une beauté

Après la réhabilitation du fort, place à la renaturation du site, notamment les abords de la station d'épuration.

Publié par Jean-Baptiste Fontana le 30/01/2020
Sanary: La Pointe de la Cride se refait une beauté

La Pointe de la Cride poursuit ses travaux de réhabilitation. Le chantier mené par l'association d'insertion Actavista est terminé sur le fortin ; désormais, ce sont les abords qui vont être "renaturés". C'est à dire tout un travail de revégétalisation tout autour de la station d'épuration et la création d'un sentier.

De part son positionnement entre les deux baies, le site est soumis à des conditions météorologiques difficiles pour la végétation: Le site est particulièment exposé au mistral, qui y dépasse souvent les 100 à 120km/h. Les embruns de la houle peuvent aussi atteindre le plateau de la pointe. Et enfin, ici aussi, la sécheresse est particulièrement forte en été.

Bref, pour se développer, la nature a besoin d'un petit coup de main de l'homme, d'autant plus que le passage des véhicules et du public ne facilite pas les choses.

780.000€ HT de travaux vont être engagés dès l'automne par la Communauté d'Agglomération Sud Sainte Baume, propriétaire de la partie station d'épuration, pour mener à bien ces travaux:

création d'un parcours piéton paysager naturaliste afin de canaliser le sentier du littoral et préserver les zones naturelles des piétinements intempestifs. Mais aussi, protéger le public vis à vis des falaises du site et du passage des camions vers la station d'épuration. Un travail d'aménagement de la voie technique pour les véhicules va être aussi réalisé.

- revégétalisation du site: avec l'implantation d'une flore adapté au site.

Favoriser le développement des espèces protégées

Trois variétés de plantes y sont protégées: La passerine hérissée (Thymelaea hirsuta), la Lavande de mer (Limonium vulgare) et le Plantin à feuille en alène. C'est un paradoxe, mais il est interdit de planter des espèces protégées, il va donc falloir leur faciliter leur développement sur place et planter d'autres espèces compatibles et similaires.

Les travaux devraient se terminer fin 2020, mais la végétation poussera elle à son rythme. Il lui faudra probablement un peu plus de temps pour reconquérir le site en intégralité.

En attendant, le site reste ouvert au public et demeure, malgré la présence de la station d'épuration, une belle balade.