chargement en cours

Benjamin Siksou : l'interview

Du 15/05/2009 au 30/05/2009 - Marseille - Espace Julien
Terminé
Publié par Damien Deparnay le 20/05/2009 - Modifié le 31/12/09 00:00
Benjamin Siksou : l'interview

A quelques jours de son concert à l'Espace Julien, à Marseille, le 25 mai prochain, Benjamin Siksou dévoile les secrets de son premier album, dont la sortie est prévue pour la fin de l'année.

On ne t'a pas beaucoup vu depuis la fin de la Nouvelle Star l'année dernière. Que s'est-il passé pour toi depuis un an ?
Beaucoup de choses. J'ai d'abord rencontré l'équipe avec laquelle je travaille actuellement. C'était mon principal objectif : former une équipe autour de moi pour pouvoir enregistrer et partir en tournée. Il a fallu aussi prendre un peu de recul après l'émission, après le raz de marée que ça a été. Je voulais remettre les choses à plat. Je devais savoir où je voulais aller, savoir ce que je voulais faire et ça aussi ça a pris du temps.
Sinon évidemment, j'ai continué à faire de la musique, composer et écrire. J'ai sorti un titre sur Internet, My Eternity. A la fin du mois de juin sortira un EP Live, avec des extraits du concert. Et l'album est normalement prévu pour la fin de l'année.

Peux-tu nous en dire un peu plus sur cet album ?
Cet album regroupe mes compositions, écrites en français et en anglais. C'est assez difficile d'en parler puisque je travaille encore dessus. Mais c'est un mélange de jazz de blues, de rock. Mais l'album ne vas pas pour autant dans tous les sens. J'essaie simplement de créer mon identité artistique.

En tant que finaliste de la Nouvelle Star, appréhendes-tu le fait qu'on t'attende au tournant avec ce nouvel album ?
Oui, forcément j'y pense. D'ailleurs, cela a pu me bloquer en sortant de l'émission et dans les mois qui ont suivi. Parce que je sais qu'il y a une attente. Je sais que quand j'écris un morceau, il va être écouté, alors que deux ans auparavant, j'en étais beaucoup moins sûr. Mais j'essaie de ne pas trop y penser, notamment quand j'écris ma musique. C'est pour ça aussi que les concerts sont importants. Pour démystifier un peu ce côté là, cette attente du grand public, etc. Pour que les gens se fassent déjà une première idée.

Justement, tu choisis de faire une première tournée en France avant même la sortie de l'album. Pourquoi ce choix ?
Parce que c'était une évidence pour moi. Les concerts sont une partie importante de la vie de musicien. Et c'est ce que j'aime. J'ai voulu profiter de l'émission pour remplir les salles et pour faire des concerts dans de bonnes conditions. Car même si je tiens à garder ma liberté artistique, il y a aujourd'hui toute une équipe derrière moi, et ça m'aide beaucoup.

Quelle impression ça te fait de jouer à guichet fermé ?
C'est magnifique. C'est impressionnant. La première partie de la tournée a vraiment été faite de grands moments. Moi je découvrais mon public, et le public me découvrait aussi. Parce que la plupart des gens ne m'avaient jamais vu en dehors de l'émission, dans laquelle je ne chantais que des reprises. Ils découvrent aussi mon répertoire et qui je suis sur scène. C'est donc doublement impressionnant. Et pour l'instant, les retours de ce public sont plutôt bons, donc ça me conforte dans mes choix artistiques.

Tu vas prochainement chanter en duo avec le rappeur Oxmo Puccino pour l'émission Taratata. Es-tu pour le mélange des genres ?
Le rencontrer et travailler avec lui, c'est ça qui est important pour moi
. Je ne réfléchis pas trop en termes de styles. D'ailleurs, je pense que ma propre musique est assez diversifiée. Et Oxmo Puccino n'est pas qu'un rappeur. Il y a beaucoup de jazz dans sa musique. Il revendique aussi la chanson française. On se retrouve donc aussi beaucoup dans nos références.

Et sur ton prochain album, quelles seront les collaborations? Des duos peut-être ?
On est en train d'écrire des choses avec Oxmo Puccino. Ça n'a pas encore abouti mais ça risque de l'être. J'ai aussi beaucoup travaillé avec Hugh Coltman, et on va peut-être refaire une chanson ensemble.

On t'a également vu cette année au cinéma dans 15 ans et demi et Largo Winch : comment t'es-tu retrouvé dans ces films, dans d'aussi grosses productions ?
En passant des castings tout simplement. Ça faisait deux ans que j'en faisais, et les deux tournages se sont finalement déroulés au même moment, pendant l'été qui a précédé les castings de la Nouvelle Star. Le cinéma est mon autre grande passion. C'est une grande satisfaction d'avoir pu en faire. J'ai donc continué ça aussi après l'émission. J'ai fait deux courts métrages cet hiver. Et normalement il y a d'autres projets qui arrivent cette année, mais rien n'est sûr et je ne préfère pas trop en parler.

Pour l'avenir, tu dois donc gérer tes projets musicaux et tes projets cinématographiques ?
Aujourd'hui, il faut justement que j'essaie de gérer au mieux mon temps en essayant de ne pas trop m'éparpiller entre ces deux passions. Mais évidemment je souhaite continuer dans ces deux domaines.

Par Damien Deparnay

Crédits photos : Hugue Ahnes