chargement en cours

Pourquoi les plages de Marseille sont-elles fermées après les orages ?

Le scénario se répète après chaque orage, certaines plages de Marseille sont fermées pour cause de pollution. Explications

Publié par Jean-Baptiste Fontana le 25/07/2016 - Modifié le 27/07/16 10:38
Pourquoi les plages de Marseille sont-elles fermées après les orages ?

Chaque été c'est le même problème : un orage et le drapeau violet est hissé sur certaines plages de Marseille. La baignade est alors interdite quelques heures voire quelques jours, le temps que la pollution se dissipe.

Des plages très surveillées

Les plages ne sont pas fermées par hasard. Chaque jour, des prélèvements sont effectués vers 5 heures du matin, il faut ensuite trois heures pour connaître les résultats, ce qui permet de les avoir avant l'ouverture, ou pas, au public. C'est la SERAMM, la société en charge de l'assainissement des eaux usées ( les égouts) et des eaux pluviales de Marseille qui est en charge de faire ces analyses.
Au total, chaque été, ce sont plus de 700 analyses qui sont réalisées par la SERAMM, y compris sur des plages non surveillées comme par exemple aux Goudes ou dans les calanques.

Chaque matin, un bulletin est donc émis et permet de savoir si la qualité de l'eau est dans la norme ou si la plage doit être fermée. Au final, seul 1% des plages sont fermées sur une moyenne. La qualité des eaux des plages de Marseille se sont considérablement améliorées ces dernières années. En 2008, huit plages étaient de qualité "insuffisante", aujourd'hui, la tendance s'est inversée avec 19 plages de qualité excellente et deux de "bonne" qualité.

L'Huveaune reprend ses droits

En temps normal tout se passe bien à Marseille. Les eaux usées sont naturellement collectées par les égouts de la ville, elles passent ensuite par les stations d'épuration où elles sont traitées pour être rejetées ensuite en mer du côté de l'émissaire de Cortiou. Des normes très strictes garantissent que l'eau rejetée en mer n'est plus polluée.

Lors des orages, le réseau déborde. Les bassins de rétention absorbent le surplus, jusqu'à une certaine limite. Doté d'une capacité de 26.500 m3 aujourd'hui, elle sera portée à 90.000 m3 à l'horizon 2018. Mais c'est surtout l'Huveaune et ses affluents, comme le Jarret, qui reprennent leur cours naturels et se déversent sur les plages.

En été, la fréquence des pluies étant plus faible, à chaque orage, le phénomène de lessivage des lits des rivières et aussi de la ville est d'autant plus important.

L'agglomération Marseillaise compte 53 kilomètres de rivières urbaines, dont 35 à l'air libre. Une dizaine de campagnes d'inspection a déjà été menée pour nettoyer leurs lits et identifier les sources de pollution. Normalement, il ne doit plus y avoir aucun égout à se jeter directement dans les rivières.

Depuis 2011, 5M€ ont été investi par la SERAMM et ses partenaires pour mesurer et améliorer la qualité des plages. Face à la pertinence de problèmes bactériologiques sur l'Huveaune en particulier, une étude a été lancée cet été à hauteur de 100.000 euros.

En attendant la réouverture des plages

L'action de la mer et du soleil est très efficace pour détruire la pollution. En général, les bactéries et autres substances polluantes sont dissoutes et attaquées par les U.V. et le milieu salin sous 48h.

La SERAMM dispose d'un modèle prédictif qui permet d'anticiper au quotidien la qualité des eaux de baignade à partir des prélèvements effectués sur le littoral, mais aussi sur l'étude de la météo et des courants.

Dans tous les cas, la réouverture d'une plage n'est effectuée qu'après avoir réalisé de nouvelles analyses de l'eau et que ces dernières indiquent une qualité de l'eau conforme à la baignade.

Les autres sources de pollutions

Les orages ne sont pas les seuls responsables des éventuelles pollutions des plages. Les mesures sont précises et les taux de la norme de baignade très faibles. Il suffit parfois d'un simple WC de particulier ou d'un commerce qui donne sur la mer pour contaminer toute une zone. Le dégazage d'un bateau peut lui aussi parfois suffire à contaminer une plage. Depuis 1998, les WC des bateaux de plaisance doivent recueillir leurs eaux "noires" dans un bac dédié et ne plus les jeter à la mer comme auparavant.

Avec des pointes à 4.000 baigneurs par jour, la fréquentation humaine d'une plage comme la Pointe Rouge peut à elle seule causer une pollution de l'eau.

La carte des plages de Marseille

C'est nouveau : Retrouvez la météo des plages sur Frequence-sud.fr !
Avec le drapeau, la qualité des eaux de baignade, la météo et la température de l'air et de l'eau.

 

On en parle sur Frequence-sud.fr