chargement en cours
publicite

Découvrez la carte des épreuves des Jeux Olympiques de 2030 si la France est sélectionnée

Le Comité national olympique et sportif français a dévoilé ce mardi après-midi les sites pressentis pour accueillir les épreuves des Jeux Olympiques de 2030 si la candidature des Alpes françaises était retenue. Plusieurs épreuves et la cérémonie de clôture seraient organisées en Région Provence Alpes Côte d'Azur.

Publié par Jean-Baptiste Fontana le 07/11/2023
Découvrez la carte des épreuves des Jeux Olympiques de 2030 si la France est sélectionnée

Le CNOSF a présenté ce mardi 7 novembre la carte possible des épreuves des Jeux Olympiques d'hiver de 2030. Le dossier sera présenté dans les prochaines semaines avant une décision probablement à l'été 2024. Organisés sur 10 sites différents et très éloignés, cette carte suscite de nombreuses interrogations tant il semblera compliqué de les relier.

Carte des sites pressentis pour les JO d'hiver 2030 © CNOSF

En région Provence Alpes Côte d’Azur : Beaucoup de glace et un peu de neige

Nice accueillerait presque toutes les épreuves de glace : Patinage artistique, curling, short-track et Hockey sur glace. La cérémonie de clôture serait également organisée à Nice. 

La station Isola 2000 pourrait elle accueillir des épreuves de snowboard et ski cross.

Pour les Hautes Alpes, Serre Chevalier et Montgenèvre devraient se partager les épreuves de ski de bosses, de ski freestyle et les courses de snowboard. L’une des deux stations serait également pressentie pour accueillir un half-pipe.

Seules trois stations de ski des Alpes du Sud sont donc pour le moment sur ce programme prévisionnel et aucune dans les Alpes de Haute Provence.

Deux épreuves optionnelles sont cependant sur la table pour permettre de rééquilibrer un peu entre les deux régions : de l’escalade sur glace pourrait être proposée du côté des Ecrins et une hypothétique épreuve de kilomètre lancé à Vars.

La plupart des épreuves de ski organisées dans les Alpes du Nord

Six stations des Alpes du Nord, situées en Savoie et Haute Savoie devraient donc accueillir les épreuves de ski alpin, de ski de fond, de biathlon mais aussi le saut à ski, le bobsleigh et la luge.

Tous ces sites sont déjà existants, pour la plupart déjà utilisés lors des Jeux Olympiques d’Alberville en 1992.

La cérémonie d'ouverture serait organisée dans la région Auvergne Rhône Alpes, sur plusieurs sites à la fois.

Des jeux low-cost mais beaucoup de paradoxes

Si Martin Fourcade, le biathlète multi-médaillé français et soutien de ces jeux français souhaite « ne pas construire d’éléphant blanc comme dans le passé », la question du choix de ces sites pose de réels doutes sur la logique retenue. On le sait, le dossier est porté par deux régions, et ce choix des sites semble davantage répondre à une logique d’équilibre politique au prix de certains paradoxes.

Pour la Région Sud, la part belle a été donnée à Nice, avec les épreuves de glace, la cérémonie de clôture mais aussi le village olympique et celui des médias.

Mais Nice est à six heures de route, et bien plus en transports en commun, des sites des épreuves, Une distance inédite pour des Jeux Olympiques !

Entre les Alpes du Nord et la Côte d’Azur, cette distance interroge et posera certainement des enjeux d’organisation énormes. D’autant plus que l’interconnexion des sites olympiques n’est clairement pas au programme. Par faute de temps pour organiser ces jeux, et aussi d’ambitions en terme de financement, il n’y aura quasiment aucune infrastructure nouvelle et structurante pour désenclaver les vallées alpines. Pour le moment, on parle simplement d’ajustements comme une modernisation de l’étoile ferroviaire de Veynes.

Si le projet reste le même, le projet ne sera pas uniquement français mais probablement aussi très italien, puisque leurs infrastructures de transports y sont bien plus développées et permettent un accès un peu plus rapide entre Nice et de nombreux sites alpins.

95% des insfrastuctures existantes

Le budget de l’organisation de ces jeux olympiques est de 1,5 Md d’euros. A comparer avec les 9Md des jeux de Paris, cela semble un tout petit montant.

« 95% des infrastructures existantes. La quasi-totalité des équipements des JO d’Alberville vont être réutilisés » affirme Laurent Wauquiez, le Président de la Région Auvergne Rhône Alpes. Il promet des jeux à taille humaine.

Pour le moment, le seul bâtiment qui pourrait être construit serait une patinoire à Nice. Pas question non plus de construire un anneau de vitesse de 400m de long en France dont on ne saurait que faire après les jeux olympique. Deux options sont sur la table : soit un site temporaire aménagé dans un palais des expositions, soit utiliser un site à l’étranger.

Transports, épreuves... Finalement ces Jeux Olympiques pourraient finalement beaucoup se jouer hors de France.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.