chargement en cours

Villa Valmer: la ville voit rouge après une destruction non autorisée d'une partie du bâtiment

Une partie située à l'arrière de la bastide, qui doit être transformée en hôtel de luxe, a été détruite par le promoteur sans qu'il en ait le droit. La ville va saisir le procureur.

Publié par Jean-Baptiste Fontana le 14/04/2021
Villa Valmer: la ville voit rouge après une destruction non autorisée d'une partie du bâtiment

C'est un nouvel élément dans le bras de fer engagé par la Ville de Marseille et le promoteur Pierre Mozziconaci: Une partie située à l'arrière de la bastide du Parc Valmer, qui intégrait deux terrasses, a été détruite ce mardi 13 avril alors que le permis de construire ne le permettait pas.

Branle-bas de combat à la mairie. Alertée par des riverains, le maire de Marseille, Benoît Payan accompagné de deux élus se rend sur place dans l'après-midi pour constater les dégâts.

"J'ai pu constater la démolition des terrasses situées à l'arrière du bâtiment. J'ai immédiatement demandé aux inspecteurs assermentés de la Ville de Marseille d'établir un constat d'infraction qui sera transmis dans les prochaines heures au Procureur de la République.
Le patrimoine de la Ville de Marseille n'appartient pas aux promoteurs mais aux Marseillaises et Marseillais, j'en suis le garant. Nous utiliserons tous les moyens à notre disposition pour préserver notre patrimoine commun." indique le Maire de Marseille Benoît Payan dans un communiqué de presse.

Le promoteur aurait pris l'initiative de démolir cette partie du bâtiment en raison d'un problème d'infiltrations d'eau lié à des cuves souterraines qui menaçaient la structure de cette partie du bâtiment. Un constat d'huissier aurait été réalisé 48 heures avant le début de ces travaux de démolition.

 

Une bonne raison pour stopper définitivement le projet ?

Initiée par la précédente majorité, la transformation de ce bâtiment public en hôtel de luxe privé dans le cadre d'un bail emphytéotique de 60 ans suscite de vifs débats. L'ancienne majorité de Jean-Claude Gaudin étant accusée d'avoir bradé un joyau du patrimoine marseillais à des intérêts privés.

En mars, la ville a réussi à conclure un accord avec le promoteur pour réduire l'envergure du projet et limiter son emprise au bâtiment principal, conservant un accès libre pour le grand public à tout le parc et à des annexes du bâtiment. Mais ce n'est qu'une victoire en demi-teinte. Depuis le début, la nouvelle majorité conteste ce projet d'hôtel et aurait souhaité un autre avenir pour la villa Valmer, transformée en bâtiment public comme un musée par exemple.

"C'est un élément nouveau qui nous oblige à avoir une discusion sur le fond du projet, à tout remettre sur la table." souligne Hervé Menchon, qui a beaucoup défendu le maintien du parc public avant de devenir élu dans la nouvelle municipalité.

Après cette première négociation, une nouvelle va donc s'ouvrir, en partie sur le plan judiciaire. Un procès verbal d'infraction va être transmis au procureur annonce Mathilde Chaboche, l'élue en charge de l'urbanisme. Soit le promoteur dépose un permis de construire modificatif, et alors le projet d'hôtel arriverait à son terme, avec éventuellement des ajustements. Rien ne dit cependant qu'il pourra reconstruire ces parties démolies. Soit la ville arrive à stopper ce projet d'hôtel de luxe et récupère alors la bastide Valmer pour une autre vocation et d'autres enjeux. 

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.