chargement en cours

Entre abattement et colère: les stations de ski ne comprennent pas leur fermeture à Noël

C'est la douche froide du côté des stations de ski qui avaient tout prévu pour accueillir les vacanciers à Noël et au réveillon. Cette période représente habituellement 25% de leur chiffre d'affaire annuel. Elles espèrent encore pouvoir faire changer d'avis le gouvernement.

Publié par Jean-Baptiste Fontana le 25/11/2020
Entre abattement et colère: les stations de ski ne comprennent pas la fermeture des stations à Noël

L'ambiance est morose ce mercredi matin dans le Dévoluy. Depuis des mois, la station préparait son ouverture pour les vacances de Noël. Un important protocole sanitaire avait été mis en place.  « Nous avons été profondément naïf à croire que l’on pourrait ouvrir le 19 décembre » explique Muriel BUFFIERE, la directrice de l’Office du Tourisme du Dévoluy. « Tous les acteurs de la montagne étaient confiants, on est fermement déçus».

Avant l’annonce du Président, les réservations pour le nouvel an étaient quasiment au même niveau que l’an dernier : Seulement -5% de baisse par rapport à 2019. Un score honorable dans le contexte actuel. Mais combien vont annuler leur séjour ? L’Office du Tourisme du Dévoluy espère que la montagne continuera malgré tout à accueillir des vacanciers à Noël : « Les promenades en raquettes, les balades avec les chiens de traineaux resteront possibles».

« Ça a un impact majeur pour nous. Nous sommes abattus, on a tout mis en place pour Noël afin que les gens puissent bouger, prendre un bon bol d’air après ce confinement. » Vincent BOUCHET, directeur de la station d’Ancelle

Des mois de préparation anéantis

Patrick RICOU, le président de l’Agence de Développement des Hautes-Alpes, est lui très en colère. Dans lettre ouverture à Emmanuel Macron il explique: « Vous mettez nos territoires de montagne en danger en sous-estimant gravement les conséquences économiques et sociales d’un report d’ouverture en janvier, pour nos communes, nos entrepreneurs et nos salariés majoritairement saisonniers ; jamais l’État ne pourra compenser à sa juste mesure le préjudice tant les stations portent l’économie des Hautes-Alpes. »

« Hier soir, vous avez anéanti des mois de travail entre le gouvernement, les professionnels et élus de la montagne pour construire les protocoles de santé adéquats. » Patrick RICOU

"Malgré des protocoles sanitaires préparés depuis plusieurs mois et déjà en place, les territoires de montagne ont aujourd’hui le sentiment que le gouvernement a sous-estimé les conséquences économiques et sociales d’un report d’ouverture en janvier dont le préjudice pourrait être immense." explique Mathilde Diaz, de l'Office du Tourisme d'Orcières. "Nous espérons fortement que la position du gouvernement évoluera dans les jours qui viennent et que les prochaines annonces seront plus optimistes au regard de l’ouverture des stations."

Un protocole sanitaire renforcé et des tests massifs dans les stations

Patrick RICOU avait participé lundi à une réunion avec Jean CASTEX. Selon nos informations, si le Premier Ministre était plutôt réticent au début à rouvrir les stations à Noël, les différents élus et intervenants semblaient avoir réussi à le convaincre avec leur protocole sanitaire renforcé.

Certes, la pression sur les hôpitaux en montagne est forte, mais les chiffres s’améliorent et ces territoire ont pris des engagements forts: outre ce dispositif sanitaire complet préparé depuis des mois, ils ont acheté massivement des tests antigéniques pour tester largement les saisonniers. Le ski étant une activité en plein air, le risque semblait faible. Seule les questions de la restauration posait problème, mais les stations pouvaient accueillir des vacanciers sans ouvrir forcément les restaurants.

Fermer à Noël pour éviter un afflux de touristes étrangers?

Une des raisons invoquées par Emmanuel Macron est la nécessité de « coordonn(er) les initiatives avec les Européens ». Car en effet, les stations italiennes resteront fermées jusqu’en février. La crainte pour le Président, serait donc d’un afflux de visiteurs étrangers vers les stations françaises, qui seraient parmi les rares à être ouvertes à Noël.

« Je demande la réouverture de nos stations de ski dès le 15 décembre! Cette ouverture devra être aménagée et adaptée à la situation sanitaire, en concertation avec nos voisins européens. » Renaud Muselier

Pendant des années, les stations françaises se sont battues pour accueillir la clientèle étrangère, les voici désormais condamnées à se battre pour éviter qu’elle vienne !

 photo: OT Ocières - G.Baron

On en parle sur Frequence-sud.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.