chargement en cours

Claude Camous raconte Monsieur de MONTESPAN, le Marquis « aux cornes d'or », premier opposant de Louis XIV

Le 14/05/2020 - Marseille - Mairie des 1° et 7°
Publié par claude camous le 16/10/2019
Claude Camous raconte Monsieur de MONTESPAN, le Marquis « aux cornes d'or », premier opposant de Louis XIV

Après Henri de Sévigné, le mari volage de la Marquise, Claude Camous nous présente un autre personnage pittoresque, obscur noble gascon, dont le nom est également entré dans l'Histoire grâce à sa femme que l'on appelait communément « la Montespan », devenue la favorite officielle du roi de France Louis XIV qui ne lui fit pas moins de huit enfants.

Jeudi 14 Mai 2020  à 17 H. 

Monsieur de MONTESPAN, le Marquis « aux cornes d’or », premier opposant de Louis XIX.

Raconté par Claude Camous - Préparé et Présenté par Pierre-Marie Jonquière

Cycle « Maris obscurs et Épouses célèbres au temps du Roi-Soleil »

Mairie des 1er et 7ème- 61 La Canebière - 13001 - Marseille - 04 91 14 54 10.

Site googl claude camous :  https://sites.google.com/site/claudecamous/

   

Après Henri de Sévigné, le mari volage de la Marquise, Claude Camous nous présente un autre personnage pittoresque, obscur noble gascon, dont le nom est également entré dans l’Histoire grâce à sa femme que l’on appelait communément « la Montespan », devenue la favorite officielle du roi de France Louis XIV qui ne lui fit pas moins de huit enfants.

 

 

Le Marquis Louis Henri de Montespan aimait sa femme passionnément, et comme il était très jaloux, il souffrit de la liaison de celle-ci avec le roi, alors que tous les maris de l’époque se seraient réjouis en raison des avantages et de la gloire qui en découlaient, et il se battra toute sa vie pour exprimer sa colère.

Emprisonné, moqué, conspué, exilé, il résista à tous les stratagèmes imaginés par le roi pour le réduite au silence, et ce combat acharné et solitaire nous le rend sympathique et attendrissant.

À travers ce portait coloré d’un homme d’honneur qui fut à sa façon, le premier opposant à Louis XIV, Claude Camous se livre à une satire cocasse de la Cour et de la Société sous le règne du « Roi-Soleil », et son récit s’achève sur l’émouvant témoignage d’amour de Louis Henri sur son lit de mort : « Je ne réclame que la gloire de l’avoir aimée ! »