chargement en cours

Aménagements, radio et parkings relais: Comment le GP de France a réussi à éviter les embouteillages?

La pagaille de 2018 est oubliée. Cette année, ça roule pour monter au circuit du Castellet. La question de la mobilité a été une priorité du GIP Grand Prix de France et des autorités. Visite dans les coulisses du dispositif circulation.

Publié par Jean-Baptiste Fontana le 22/06/2019
Aménagements, radio temporaire et parkings relais: Comment le Grand Prix de France a réussi à éviter les embouteillages?

Les embouteillages de l'an dernier sont-ils définitivement oubliés? Cette année, les accès au circuit sont réellement fluides et sans embouteillage notable.

C'est à l’entrée du circuit Paul Ricard que se cache peut être la raison: une partie de l’aéroport a été aménagée en centre hyper sécurisé. Antennes satellite, centre de commandement, poste avancé des pompiers. Ici on ne s’occupe pas de la course de F1 mais de la sécurité du public qui accède au Grand Prix. Un Centre Opérationnel Départemental a été délocalisé et coordonne tous les acteurs de la sécurité autour du circuit: pompiers, SAMU, Sécurité Civile, DDE 13 et 83, police, gendarmerie et bien sûr le GIP Grand Prix

Outre la sécurité, c’est ici que sont suivies en temps réel les conditions d’accès au circuit et surtout que sont prises les décisions pour fluidifier si besoin le trafic: ouverture exceptionnelle d’un axe routier, ou mise à sens unique, déblocage d’un carrefour et changement de priorités... Des parkigns relais de secours sont même prévus au Beausset.

Deux mots d’ordre: anticipation et réactivité. Des mois de travail ont permis d’élaborer un plan mobilité complet cette année. Pour la réactivité, le Préfet a donné des moyens supplémentaires aux forces de l’ordre pour qu’elles puissent prendre le contrôle des routes en quelques minutes.

Autre atout cette année: le public est informé en temps réel de la situation sur les routes. Au sein du C.O.D., quatre ingénieurs bénévoles travaillent pour l’application Waze et ajustent en direct les conseils d’itinéraires de l’application. Dernière nouveauté, la création d’une radio dédiée à l’information trafic:

publicite

France Bleu Provence a créé une radio temporaire spéciale pour connaître le trafic

Sur la fréquence 97.8FM, GP Mobilité propose des points complets sur le trafic toutes les 10 minutes et de 6h à 23h, pour accompagner l’arrivée et le retour des automobilistes.

Durant les quatre jours du Grand Prix, C'est France Bleu Provence qui a monté cette radio temporaire inédite. C'est un projet qui s'est finalisé en moins de 15 jours mais qui répond parfairement à sa mission de service public. « Le circuit disposait d’une fréquence dédiée et d’un émetteur » explique Guilhem RICAVY qui anime l’antenne de cette radio ce samedi.

C’est une vraie radio, avec un studio complet installé dans une petite salle de l’aéroport du Castellet. Tout est produit ici, avec un lien direct avec les forces de l’ordre et Waze pour obtenir les informations en temps réel. Outre les infos trafic, des contenus musicaux et produits par les journalistes de France Bleu sont diffusés à l’antenne. Et à tout moment, l'équipe présente au Castellet peut aussi intervenir sur l'antenne de France Bleu Provence. Une petite dizaine de personnes travaillent pour cette radio que l'on peut recevoir dans un rayon d'une vingtaine de kilomètres autour du circuit. C'est une première pour France Bleu d'être en mesure de créer ainsi une antenne de radio intégrale et autonome.

Le succès des parkings relais

Grande nouveauté pour fluidifier le trafic cette année: la mise en place de parkings relais à La Ciotat. Environ 4000 places sont disponibles et une noria de 145 cars permet aux visiteurs d’accéder gratuitement et en 45 minutes au circuit. Entre les chauffeurs et les intérimaires chargés d’orienter les automobilistes vers les bons parkings, ce sont près de 200 personnes qui travaillent ce sur nouveau dispositif. Le bilan est très positif: aucun bouchon constaté à La Ciotat, la réactivité des équipes permet d’orienter les véhicules dès la sortie de l'autoroute en les aiguillant vers le bon parking, au fur et à mesure de leur remplissage. Trois lignes de navettes ont été mises en place. Le système est fluide, bien signalé et c'est autant d’embouteillages en moins évités sur les accès au circuit.

Ce samedi, environ 2000 voitures utilisaient les parkings relais, contre 28.000 pour les parkings à proximité du circuit.

Ces petits aménagements qui ont tout changé

Un embouteillage, c’est parfois un simple grain de sable à supprimer. De simples actions ont réussi à supprimer des points noirs: « nous avons travaillé avec les communes qui ont toutes joué le jeu. Quand Cuges désactive son feu rouge, ce sont d’importants embouteillages qui sont évités » explique Rémy BENESSIA en charge de l’information mobilité pour le GIP Grand Prix de France.

Un rond point réaménagé avec un passage direct, davantage de signalétique, des temps forts qui se prolongent sur le circuit après les courses pour éviter un rush brutal des spectateurs sur les routes… Des discussions ont même été engagées avec les entreprises du plateau et les riverains des communes à proximité pour différer leurs déplacements. Les écoles et collèges ont aussi été fermés ce vendredi.

Autre aménagement important: la multiplication de parkings de taille moyenne tout autour du circuit. Les embouteillages étaient présents l'an dernier pour monter au circuit, mais aussi, et surtout, pour sortir des parkings. Sorties uniques, problème de boue suite aux orages... La fin du Grand Prix avait viré au cauchemar. Avec davantage de parkings, et mieux aménagés, ces problèmes font eux aussi désormais parti du passé.

La bretelle d’autoroute déjà abandonnée?

Face à ce succès, l’idée de créer une sortie d’autoroute dédiée à l’accès au circuit qui avait été envisagée l’an dernier semble déjà remise en cause. "L'aménagement d’une sortie d’autoroute est-elle absolument nécessaire pour le développement économique et pas simplement pour l’organisation d’un weekend ?" explique Renaud Muselier, le Président de la Région . "On ne va pas mettre des moyens très important juste pour un weekend, surtout si on arrive à régler la circulation, les navettes et la gestion des ronds point. Par contre, la sortie d’autoroute est absolument nécessaire si le développement économique est à la hauteur pour toute l’année."

> Notre édition spéciale Grand Prix de France