chargement en cours

Cities on the edge

Le 18/01/2019 - Marseille - Salle Seita - prévisions 7 °
Publié par Sylvie B le 10/01/2019
Cities on the edge

Opus, tout était pire avant... sauf le futur et le kiwi de Naples, trois pièces à découvrir à la Salle Seita le 18 janvier à partir de 17h.

Lancé en 2017 par les Goethe-Instituts de Marseille et Naples, le projet « Cities on the Edge » cherche à contribuer à la mise en réseau, l'internationalisation et la qualification des acteurs culturels qui portent un engagement social dans leurs projets artistiques. L'idée du projet est de développer des approches de projets innovateurs et durables en mettant au centre l'échange trilatéral (franco-germano-italien) sur le sujet de l'éducation culturelle. Dans la suite, une production artistique était réalisée avec des jeunes afin de leur permettre un accès aux sujets culturels.

Au programme


17h00 – 17h45  "Tout était pire avant...sauf le futur" (Bochum/Herne)

Mise en scène Manuel Moser

L'installation performative de pottfiction traite de l'avenir du travail et de l'importance des travailleurs dans une société numérique: que se passe-t-il, par exemple, lorsque les gens sont remplacés par des machines ? Ou encore, comment le gouvernement et la politique font face à ces défis et qu'est-ce que ces changements signifient pour l'individu ?


17h45 – 18h15  "Opus - une recherche artistique sur le thème du travail" (Marseille)

Choréographie Ben Fury

En se basant sur la technique de danse "popping", Ben Fury cherche des parallèles entre les gestuelles des danseurs et la méchanisation et l'aliénation qui peut en découler du monde du travail: rupture, répétition, burn-out, isolement...La création sonore, qui a une place essentielle dans le spectacle, est inspirée de la musique électronique et industrielle. Opus remet en question la réalité et l'obsession du travail.


18h45 – 20h15  "Le Kiwi de Naples" (Naples)

Mise en scène Mario Gelardi

Spéctacle en italien sous titré en anglais !

La troisième pièce de Philipp Löhle, mise en scène par Marion Gelardi, traite de diverses peurs existentielles des jeunes, telles que la peur de ne pas trouver de travail, de tomber dans le crime organisé ou la peur des Napolitains de l'éruption du Vésuve. Le texte a été écrit lors d'un atelier que l'auteur allemand a dirigé avec des jeunes commédiens au Nuovo Teatro Sanità en 2017.

+ d'infos : lafriche.org

agenda
Je veux y aller !
Friche la Belle de Mai 41 rue Jobin 13003
Marseille