chargement en cours

Et si la Digue du Large était rouverte au public ?

La Région et le Port viennent de s'engager pour restaurer les cinq grues de la digue du large. Depuis 2001, l'accès y est interdit, mais ça pourrait prochainement changer.

Publié par Jean-Baptiste Fontana le 13/02/2018
Et si la Digue du Large tait rouverte au public ?

Le mistral souffle fort ce lundi. Les rafales projettent les embruns par-deçà la digue. Les cinq grues résistent. Trop vieilles pour être encore utilisées, trop jeunes pour être classées. Le combat semblait perdu. Et surtout, inégal face aux assauts du sel et de la rouille. Ces « élégantes » menaçaient de disparaître. Si ce n’était par la houle, ce fut par un ferrailleur dont l’appel d’offre a été retiré in extremis. 

Bravant le mistral, Renaud Muselier, pour la Région et Christine Cabau Woehrel pour le port sont là pour officialiser leur décision de les sauver. Les travaux devraient être achevés d’ici la fin de l’été.

Un million d’euro va être investi pour restaurer et mettre en lumière les cinq grues de la digue du large (600K€ par le port et 400K€ par la région).

La carte postale est sauvée

Une carte postale, c’est joli, mais si on peut y écrire des souvenirs derrière, c’est encore mieux. Car sitôt les grues sauvées, vient désormais la question de l’accessibilité.

De nombreux Marseillais se souviennent de leurs virées sur la Digue du Large. On s’y promenait le dimanche, on y venait pêcher et pique-niquer en famille ou avec des touristes. Mais ça, c’était avant 2001 et les restrictions liées au plan vigipirate.

Le port est un lieu stratégique à Marseille et l’accès à la digue se fait habituellement par deux ponts qui traversent la zone portuaire. Les contraintes de sécurité actuelles ne sont plus compatibles avec un libre accès comme avant.

Et pourtant, en 2013 un petit miracle s’est produit : durant quelques weekends, l’accès à une partie de la digue fut possible pour visiter une exposition de Kader Attia proposée dans le cadre de MP2013, Capitale européenne de la culture.

Il y a eu un autre miracle aussi en 2013, le Mucem est sorti de terre et le Fort Saint Jean a lui aussi été rouvert au public, de manière permanente et gratuite, avec tout le succès qu’on lui connaît. Pourquoi alors la digue du large n’a pas connu le même destin ?

Les promesses de 2013 se sont envolées. A l’époque on parlait de pérenniser l’accès à la digue. Cet été encore, Jean-Claude Gaudin nous confirmait son souhait de voir revenir le public, mais c’est vers le Port qu’il bottait en touche.

Car la digue appartient au Grand Port Martime de Marseille et ce dernier voit d’un mauvais œil des cohortes de touristes débarquer au milieu des containers et autres amarres.

« Le sujet n’est aujourd’hui pas d’actualité. La digue du Large est un endroit industriel, où l’on traite des bateaux et qui n’est pas habilité à recevoir du public. » Christine Cabau Woehrel, directrice du Port.

La digue entreouverte 

Aujourd’hui, c’est Renaud Muselier qui relance le débat. « J’ai des souvenirs, quand avant, on pouvait venir marcher sur la digue du large. Quand on voit d’un côté cette rade fantastique avec ces îles au fond et de l’autre, la ville avec sa vivacité et ses lumières. Je regrette qu’on ne puisse plus y retourner, c’est un de mes combats. »

Renaud Muselier rappelle au passage qu’il était délégué spécial de MP2013. « Je garde toujours ça en mémoire. La question de la sécurité est essentielle. Il y a d’abord la remise à niveau des quais, de la digue et des grues. Parallèlement à ça, il y a bien à faire la différence entre l’industriel et la promenade. Il faut procéder par étapes » souligne l’élu.

« Je souhaiterai que dans l’avenir, nous puissions faire en sorte que cette digue du large soit accessible par endroit, dans la mesure où l’on sauvegarde l’outil industriel et garantisse la sécurité. » Renaud Muselier

C’est la même ligne du côté du port : « Il n’est pas question de l’ouvrir en l’intégralité, nous sommes dans une zone internationale, réglementée en matière de sécurité, mais pourquoi pas une partie de la digue du Large, sur l’avant à l’entrée sud du port » explique la directrice du port.

Le Ferry Boat du J1

Le port a lancé un appel à projet pour le J1, situé juste en face, et une option prévoit qu’une partie de la digue du Large puisse devenir accessible.

C’était d’ailleurs cette zone précisément qui fut ouverte et rénovée lors de MP2013. « On espère avoir des projets pour le J1 qui nous permettrons d’ouvrir une partie de cet avant port. » confirme Christine Cabau Woehrel.

Ce serait donc, comme en 2013, avec un accès par bateau exclusivement. On imagine déjà une nouvelle ligne de Ferry Boat, entre le J1 ou le Mucem et la Digue du Large.

Bref, une super carte postale, recto et verso.

 

photos : 2018 & archives 2013