chargement en cours

Le cri de détresse des salles de concert et de spectacles à Marseille

Privées de concerts et du public scolaire, les acteurs de la culture souffrent particulièrement à Aix et Marseille du fait de la zone d'alerte maximale.

Publié par Jean-Baptiste Fontana le 12/10/2020
Le cri de détresse des salles de concert et de spectacles à Marseille

Les petites salles de concert sont en grande difficulté. A l’image de l’Intermédiaire, du Molotov ou de la Casa Consolat, ces établissements ont souvent des statuts hybrides, tantôt associatif, tantôt disquaires, qui peuvent les exclure des aides du gouvernement dédiées à la culture et aux bars.

Si certaines peuvent continuer à accueillir du public avec les nouvelles conditions sanitaires, y organiser des concerts est encore impossible. C'est désormais une question de survie pour certaines salles.

Car elles s’inquiètent pour leur avenir, économique mais aussi social: « Il faut que la culture perdure à Marseille, que les musiciens puissent continuer à jouer, que les gens puissent se retrouver autour de la musiques. On touche plein de gens qui n’iraient pas voir de la culture ailleurs. Les supermarchés et les entreprises restent ouverts et accueillent du public. Empêcher la culture est un choix politique que nous regrettons » explique Anaelle Loze de l'Intermédiaire tout en soulignant le nécessaire respect des contraintes sanitaires. « On a conscience des enjeux sanitaire, il ne faut pas les opposer à nos demandes ». Une lettre ouverte réunissant 13 salles a été envoyée au préfet, à la mairie et à la métropole.

Parmi les propositions du collectif, organiser un concert de soutien dans l’Espace Julien, avec une jauge réduite et un public assis. Il permettrait de collecter des fonds et faire travailler les artistes et intermittents du spectacle qui ont en le plus besoin.

Les scolaires privés de spectacles

Les théâtres sont aussi dans la tourmente, et notamment ceux qui ont l’habitude d’accueillir les publics scolaires. Le collectif Génération Belle Saison en PACA qui les regroupe et existe depuis 2019 souhaite interpeler le préfet.

Avec l’état l’alerte maximale, toutes les sorties scolaires sont annulées. C'est tout un pan de leur activité qui est mis en suspens.

Pourtant, les théâtres s’engagent sur des protocoles sanitaires stricts pour les enfants et les adultes qui les accompagnent. « Il ne s'agit pas ici de défendre une profession ou une économie, mais de faire en sorte que l’Éducation artistique et culturelle que l’État porte en tant que contribution à l'éducation du futur citoyen soit possible. » explique Emilie Robert, la directrice du Théâtre Massalia

Le Département et la Région en soutien à la filière culturelle

Aides à la création, organisation de tournées, subventions aux lieux de diffusion et aux compagnies... Le Département des Bouches du Rhône multiplie les actions pour tenter de sauver la filière et ses 1667 structures. «Dès le début de la crise sanitaire, le Département a fait le choix de voter des subventions pour les lieux de diffusion de manière à assurer l’accueil du public dès que les conditions sanitaires le permettent. Par ailleurs, un dispositif spécifique d’aide à la diffusion des spectacles des compagnies du territoire a été mis en place pour soutenir les artistes et indirectement les intermittents du spectacle du temps de public. Au total, 83 compagnies (soit 100 représentations) ont bénéficié d’un effort budgétaire supplémentaire de 400 000 euros .»

Du côté de la Région, un fonds exceptionnel de cinq millions d’euros affecté à la culture a été mis en place. Les arts de la scène bénéficient d’une enveloppe de 1.410.000€ qui permet de soutenir 52 opérateurs de musique via le Centre National de la Musique, 45 équipes artistiques via « Plateaux Solidaires » porté par ARSUD et 17 compagnies accompagnées en exploitation.