chargement en cours

Dix choses à savoir sur le nouveau casino de Sanary sur Mer

Ce mardi 28 août le casino de Sanary a été officiellement inauguré. Un nouvel acteur dans le monde des casinos. Découverte.

Publié par Jean-Baptiste Fontana le 29/08/2018
Dix choses à savoir sur le nouveau casino de Sanary sur Mer

1 - Un long combat judiciaire 

Depuis le premier appel d’offre lancé en 2006, c’est une véritable bataille judiciaire qui a été menée par la ville pour réaliser ce projet: Des abandons, des poursuites devant les tribunaux et de nouveaux appels d’offre.

« Il y a eu des oppositions politiques et de la concurrence aussi » explique Ferdinand BERNHARD, le maire de Sanary sur Mer. « La lenteur de la justice française fait que cela nous a pris sept ans. C’est dommage, parce qu’il y a des gens qui devraient y travailler depuis longtemps, et la ville a perdu 9M€ de recettes. Je le dit haut et fort, on poursuit ces gens qui ont fait de l’obstruction de telle façon que la justice puisse aussi leur demander un peu des comptes. »

2 - Mais des travaux express

Et finalement, dès que le feu vert a été donné, les travaux ont été très rapides. Chose inédite dans le sud, des travaux prévus pour être livrés au plus tard en mars 2019 ont été fini avec sept mois d’avance. Il aura fallu seulement dix mois pour que le casino sorte de terre.

La date de livraison avait déjà été avancée au 1er novembre, mais les ouvriers ont mis les bouchées doubles pour qu'il puisse ouvrir ce 29 août.

3 - Une guerre des casinos dans l’ouest var ?

En 2016, le casino Joa ouvrait sur le port de La Seyne (en remplacement de celui des Sablettes). L’an dernier c’était celui de la Ciotat. Avec Bandol et Hyères un peu plus loin, on retrouve désormais cinq casinos sur 50km.
« Il n’y a pas trop de casinos car pour lancer un nouveau casino, il faut faire une enquête. Même avec le casino de Sanary et les autres, dans le Var on est encore en déficit », souligne le maire.

Il faut savoir que c’est l’Etat qui autorise l’implantation des casinos et même le nombre de machines qu'ils ont le droit d’utiliser. Pour celui de Sanary, ce sont 150 machines à sous qui ont été autorisées après une enquête du Ministère de l'Interieur.

Mais la concurrence reste vive. Parmi les détracteurs de ce projet, on retrouve les groupes concurrents. « La même semaine, où un groupe a abandonné le projet à Sanary, il est allé postuler à la Seyne. Qu’il y reste ! » s’emporte Ferdinand BERNHARD.

4 - Un casino avec une bretelle

Le groupe Viking et le maire attendent avec impatience l’ouverture de la nouvelle sortie d’autoroute de l'A50. Elle sera située à quelques centaines de mètres du casino. De quoi se frotter les mains:

« Dès qu’elle sera ouverte, les petits Marseillais et Toulonnais pourront venir nous apporter leurs pépettes » glisse le maire avec un brin de malice.

Parmi les cibles prioritaires du casino, ce sont bien sûr les retraités présents en nombre à Sanary (ils étaient d'ailleurs invités et bien présents lors de l'inauguration). Mais, le casino vise aussi une clientèle plus large entre Marseille et Toulon, et aussi la clientèle de passage.

5 - Silence on joue ! Les joueurs de poker persona non grata

« On aura une clientèle calme et reposée » Pas question de faire venir les bruyants joueurs de pokers selon Luc Le Borgne, le directeur du groupe Viking. «Il y a une incompatibilité de clientèle». En d’autres termes, dans ce casino, on jouera uniquement contre des machines, et pas entre humains.

Le casino sera ouvert du dimanche au jeudi, de 10h à 3h du matin, et les vendredis et samedis, de 10h à 4h du matin.

6 - Jackpot pour la ville

Si statistiquement peu de joueurs auront la chance de toucher le gros lot, la ville, elle, est assurée de remporter la mise chaque année :

Le casino va verser une contribution de 1.200.000 € par an à la ville (pourcentage sur le résultat)

Un loyer pour utiliser le terrain : 1,3 M€ (pour 20 ans)

En 2030, le bâtiment sera rendu à la ville

« Jamais l’argent du casino ne servira au fonctionnement » explique le maire. Son objectif est d’utiliser cette rente pour investir, notamment pour la jeunesse : Aménagement de l'accueil de la Maison Bleue pour les enfants handicapés, création d’une crèche supplémentaire, d’un centre équestre, d’un centre aéré…

7 - Des concerts au casino… et au théatre Galli

500.000€ par an vont être consacrés aux spectacles. Ce n’est pas une volonté spontanée du casino de s’impliquer dans la culture, mais un des critères obligatoires que le groupe Viking a dû respecter pour avoir son autorisation : Les nouveaux casinos doivent intégrer une offre de divertissement. Ce peut être une discothèque comme à La Ciotat ou des concerts comme à La Seyne.

A Sanary, c'est donc une salle de concert d'une capacité de 480 places qui a été créée. 

Treize dates sont d’ores et déjà programmées pour cette première saison, dont trois spectacles : Patrick Sébastien (14/12), Bernard Mabille (20/04/19) et Chantal Goya (7/9/19). Des soirées cabaret seront également proposées.

La convention prévoit 150 événements par an. Outre ces spectacles dans la grande salle, ce seront surtout des expositions, conférences, présentations litteraires ou encore le retour des ciné-conférences "Connaissance du monde".

Dans le cadre de sa convention, le casino soutiendra aussi la programmation du Théâtre Galli à hauteur de 50.000 € par an.

8 - Une cinquantaine d’emplois créés

Le casino de Sanary emploie 52 collaborateurs. La plupart ont été embauchés localement. Les croupiers, par exemple, ont suivi une formation spécifique de deux ans. Les cadres viennent eux des autres casinos du Groupe Viking, notamment du nord de la France.

9 - Pour 100€ dépensés, on gagnera en moyenne 93€

93%, c’est le taux de redistribution de ce casino à son ouverture. C’est un taux très élevé, quand on sait que la moyenne est plutôt aux alentours de 85%. Concrètement, un joueur qui mise 100€, doit gagner en moyenne 93€ dans ce casino. Après tout est une question de chance. Si certains repartiront avec le jackpot, la plupart rentreront chez eux les poches vides.

10 - Deux restaurants

A l'interieur, outre la salle de jeu et celle pour les spectacles, on trouve aussi deux restaurants et un bar: un "bistrot chic" proposé par le traiteur Gaudefroy et un service brasserie 7j/7.
Formule déjeuner à 15€, menu bistrot à 32€

 

On en parle sur Frequence-sud.fr