chargement en cours

La Belle au bois dormant par le Yacobson Ballet au Grand Théâtre de Provence

Afin de réactualiser et faire revivre le mythique ballet de la « Belle au bois dormant » de Marius Petipa, Le Yacobson Ballet de Andrian Fadeev a fait appel au danseur et chorégraphe Jean-Guillaume Bart qui devint Étoile de l'Opéra de Paris en 2000, à l'issue d'une représentation de la version de Noureev.

Publié par Pauline . le 31/01/2018
La Belle au bois dormant par le Yacobson Ballet au Grand Théâtre de Provence

 

C’est donc sa version renouvelée qui était proposée les 19 et 20 janvier au public du Grand Théâtre de Provence (GTP).

Ce qui frappait au lever de rideau c'était d'abord la majesté des décors, et puis la structure narrative presque cinématographie de l'adaptation de ce conte de Charles Perrault qui prenait très vite toute la mesure de la scène du GTP.

Tout cela n'aurait été qu'un joli écrin inutile sans la parfaite maîtrise technique de tous ces danseurs mais dès les premières minutes Angelina Grigovera dans son rôle de fée Carabosse brillait par sa grâce et sa présence, bien aidée par l'aspect dramatique très réussi de son costume et la présence de ses sbires alors que Svetlan Svinko interprétait, elle, une fée Lila plus que convaincante !

Le deuxième acte, plus lyrique, faisait lui la part belle aux ensembles parfaitement synchronisés ... une impressionnante démonstration toute en panache de l'homogénéité technique du ballet Yacobson et de ses 50 danseurs.

Le troisième acte enfin offrait une farandole de duos tous plus somptueux les uns que les autres mêlant à la fois aptitudes théâtrales et engagements athlétiques impressionnants. Olga Mikhailova, divine, survolait au propre comme au figuré la scène dans le personnage de la chatte blanche au côté de son compagnon le chat botté.
Igor Yachmenev interprétait avec brio un loup à l'énergie communicative tandis que Kirill Vychuzhanin en oiseau bleu et Sofia Matyushenskaya en princesse Florine formaient un couple convaincant et aérien.

Parmi les trop rares ballets classiques présentés sur Aix et Marseille, cette « Belle au bois dormant » de Jean Guillaume Bart offrait en ce début d'année un très bel hommage au livret original du prolifique et célébrait avec succès le marseillais Marius Petipa à l'aube du 200ème anniversaire de sa naissance.

 

Noémie Roudaut et Didier Philispart