chargement en cours

Une balade rafraîchissante à la cascade du Latay

Sur les contreforts de la Sainte Baume, le ruisseau du Latay offre une escapade verdoyante sur la commune de Signes.

Publié par Jean-Baptiste Fontana le 20/05/2016 - Modifié le 12/08/16 09:44
Une balade rafraîchissante à la cascade du Latay
Accès Massif Sainte Baume
Risque incendie aujourd'hui 24/09/2020

La Sainte Baume sera bientôt un nouveau parc régional en PACA. L'occasion de découvrir le charme sauvage et préservé de son versant sud. La balade de la cascade du Haut Latay permet une escapade au coeur de la garrigue et du travail de l'homme pour canaliser l'eau précieuse du massif.

Depuis l'antiquité, l'homme a tenté de maîtriser cette ressource précieuse. Les sources de la Sainte Baume sont intarissables. Elles ont permis d'y installer des glacières, des moulins ou tout simplement un système de canalisation permettant d'amener l'eau toute l'année jusqu'au village.

La balade commence à Chibron. Le lieu est connu pour son camp d'internement construit durant la Seconde Guerre mondiale. Durant neuf mois, entre juin 1940 et février 1941, il accueilli près de 500 "internés", en réalité de nombreux prisonniers politiques. Le lieu est aujourd'hui privé, la balade demarre donc sur le chemin et nous permet de remonter le ruisseau du Latay. Le dit "ruisseau" est d'ailleurs bien souvent à sec sur sa partie basse. L'eau est bien présente, mais elle est soit capté par le canal que nous allons remonter, soit elle coule en profondeur.

La première partie de la balade remonte les gorges du Latay, soit directement dans le cours du ruisseau, soit via les petits sentiers ou la route forestière sur ses hauteurs par la gauche.

Assez rapidement, on arrive sur le canal. Officiellement, son "passage" est interdit. Officieusement, tout le monde parcourt le sentier qui le longe. Il a l'avantage d'être sans dénivelé, sans danger ( quelques passages sont un peu techniques, mais rien de bien méchant) et bien souvent à l'ombre. Sinon, on peut emprunter la route forestière qui ne s'éloigne jamais bien loin du canal.

Cette première partie de la balade suit le cours du Latay sur environ 4 kilomètres, entre garrigue, forêt de chênes et de pins, parsemés de quelques champs.

C'est sur la partie supérieure du Latay que la balade offre sa dimension rafraîchissante. L'eau est enfin présente dans le ruisseau et la végétation devient beaucoup plus luxuriante. Fini le décor provençal sec, place à la verdure. Le Latay offre alors ses première petites cascades, et quelques belles vasques pour y faire trempette. L'endroit idéal pour profiter d'un bon pique nique accompagné une sieste à l'ombre.

En continuant le cours du ruisseau, la balade prend une tournure historique en arrivant sur l'ancien moulin et les glacières en ruine. Notre petit canal a aussi eu une vocation technique avant d'amener l'eau au village.

Encore quelques mètres à remonter et on arrive à la fameuse cascade. Le sentier devient technique en raison du relief tout d'un coup plus tourmenté. On peut aussi y accéder en continuant à emprunter la route forestière puis en bifurquant à gauche au panneau du sentier vers Mazaugues. Difficile de rater la cascade, ne serait-ce que par son bruit sourd.

L'endroit offre une piscine naturelle, petite, mais d'une belle profondeur (plus de deux mètres) et une eau parfaitement limpide. Une belle récompense!

Informations pratiques

Départ : Prendre la D2 derrière le Circuit du Castellet en direction de Signes. Bifurquer à gauche sur le chemin de Chibron après la décharge de Véolia (impossible de la rater en raison de son odeur!).
Distance et durée : La cascade se situe environ à 5 Km du point de départ, compter environ 1h30 pour y accéder.
Niveau : Facile. Seul le dernier passage entre le moulin et la cascade est un peu difficile (à éviter s'il le sol est mouillé). Il peut être facilement contourné en passant par la droite du ruisseau.
Famille ? On évitera peut-être les poussettes (à moins d'y accéder en voiture), mais sinon, c'est une belle balade à réaliser en famille.

 

 

On en parle sur Frequence-sud.fr