chargement en cours
publicite

Comment certaines communes ont réussi à organiser à nouveau des marchés

Quelques dizaines de marchés ont été autorisés dans la région par les préfectures. Ces dérogations ont été validées au prix d'ajustement et de mesures pour garantir une sécurité sanitaire maximale.

Publié par Jean-Baptiste Fontana le 02/04/2020
Comment certaines communes ont réussi à organiser à nouveau des marchés

Il est 11 heures ce matin dans le centre ville de Fuveau, et le marché du jeudi est bel et bien organisé. Déjà plus d’une centaine de personnes sont venues faire le plein de denrées alimentaires. L'organisation du ‘marché’ si on peut l’appeler ainsi est complètement revue pour se protéger du coronavirus.

Il faut faire la queue, en respectant les distances de sécurité, pour accéder à un corridor de barrières qui permet d’acheter des fruits et légumes chez un unique primeur. Les clients entrent un par un dans ce couloir dès qu’un policier municipal les autorise. Ensuite, chacun choisit ses produits de loin, les vendeurs se chargent d’emballer le tout, et à la fin, on paye, comme d’habitude afin de récupérer ses achats. Le rythme est certes plus lent que d'habitude, mais au moins aucun risque ne semble être pris. Laurent, le primeur reconnaît une baisse sensible de son chiffre d'affaire, mais il est malgré tout très content de pouvoir continuer à travailler sur ce marché.

 

Trois autres stands sont présents, ils ne disposent pas de barriérage, mais leurs étals sont protégés par des plexiglas et évitent eux aussi tout contact avec le public.

Cette commune de plus de 10.000 habitants a obtenu très rapidement une dérogation de la part de la préfecture alors que partout en France les marchés sont interdits. Et dans les Bouches du Rhône, seuls huit marchés ont été autorisés, la préfecture a refusé de nombreuses dérogations. La Ville d'Aix en Provence en avait demandé trois, elle n'a obtenu gain de cause que pour celui de Puyricard.

Des mesures sanitaires pour éviter la propagation du virus

Dès l’annonce de la fermeture des marchés et des éventuelles possibilités de dérogations, la maire de Fuveau, Hélène Lhen, a envoyé un courrier à la sous-préfecture avec plusieurs engagements:

- Une limitation du nombre de personnes sur la place où se tient le marché (Interdiction de rassembler plus de 100 personnes de manière simultanée)
- Une entrée et sortie distincte sur le marché communal avec fléchage.
- Un espacement d’au moins 4 mètres entre les commerçants
- Un maintien des distances sanitaires entre les clients et les commerçants
- Une signalétique rappelant ces grands principes sur site
- L’interdiction faite aux clients de manipuler de la marchandise
- La présence d’un agent de la Police Municipale sur place pour faire respecter ces consignes

 

Les marchés, indispensables pour certaines communes

Outre ces critères sanitaires, les préfectures sont sensibles au profil démographique et au tissu économique des communes. En l’occurrence, pour Fuveau comme la plupart des marchés autorisés dans les Bouches du Rhône, ce sont des communes où l’offre alimentaire est relativement limitée : 4 commerces dans le centre ville et un supermarché en périphérie. Le marché offre donc une alternative nécessaire à la population, notamment celle qui ne peut se déplacer facilement.

Et c’est d’ailleurs l’autre critère qui justifie une dérogation. A Fuveau, comme dans certaines communes de la région, la part de population âgée y est plus importante. En amenant un marché au cœur des villages, on évite ainsi des déplacements souvent compliqués et forcément risqués pour ce profil de population.

D’ailleurs, Guillaume Volant et Daniel Gouirand, deux adjoints municipaux expliquent que la mairie a organisé un système de portage à domicile en lien avec la CCAS. Il vise spécifiquement ces populations pour lesquelles les déplacements sont difficiles et risqués.

Dans certains petits villages du Var et des Alpes Maritimes, les marchés permettent aussi d'éviter à la population de se déplacer dans d'autres villages pour faire leurs courses. Y maintenir un marché est donc un moyen efficace pour éviter que des personnes potentiellement contaminées puissent disséminer le virus dans une autre commune.

 

Quels sont les marchés qui restent autorisés?

On en parle sur Frequence-sud.fr