chargement en cours

Marseille ville populaire, Marseille ville rock.

Quoi de mieux que la Rue du Rock pour réunir ces deux critères rock et populaire. Reportage.

Publié par Pauline . le 05/10/2018
Marseille ville populaire, Marseille ville rock.

L’association Phocéa Rocks œuvre maintenant depuis plusieurs années pour proposer aux marseillais un festival rock (6ème édition) dans la rue. Gratuit, ouvert à tous, pour les jeunes et les moins jeunes, les connaisseurs ou les curieux, entre amis ou en famille. Le but est de partager et faire découvrir les groupes de musiques locaux qui se produisent tout au long de l’année. Ce dimanche 30 septembre 2018 nous avons eu droit à 23 groupes sur 8 scènes tout le long de la rue Consolat, la rue des abeilles, et la rue Chevillon, jusqu’à la place des Danaïdes.

Tous les styles de musiques sont représentés. De l’envoutant duo trip hop Usken dans le fond de la salle du Mounguy au neo metal de Digital Nova rue Chevillon. Au n° 62 en début d’après-midi du hardcore avec Hatred Still Alive,  de la country avec Johnny Barel composé d’une multitude d’instruments folkloriques devant le garage du n°54.  La Chasse, un duo de deux demoiselles qui pratiquent un doom occulte bien efficace. Un autre duo mais masculin cette fois celui de Projet Milan post rock qui mélange guitare, percussions et sons électroniques très agréable à écouter.

Bien sûr il y a aussi du rock plus classique, du heavy ou du stoner avec Furiapolis, Rescue Rangers, Ex’Odd, Cowboys From Outer ou encore Pleasures. Des choses plus calmes ou folk Doc Vinegar, Statonnel, Splash Macadam, Moondawn, Not Pain Quotidien.

Et évidement des groupes punk rock comme Sovox, les Rats don’t sink et La Flingue qui ont enflammé le bitume, du post dub de Section Azura, un étonnant et puissant Chevalien sur la scène place des Danaïdes et un surprenant projet noise Sound oFFF Mars composé en cette journée de huit guitaristes (x25x, Conger, Poutre,…).

On ne peut qu’être comblé par la diversité de la programmation, la richesse et la qualité de tous les artistes. Il y en a pour tous les goûts et même un concert prévu pour les enfants avec

Fifi Rubato au théâtre de la Ferronnerie. Le tout s’est terminé par le maintenant très connu karaoké de Sing or Die au café des Danaïdes.

Bref le tout dans la joie et la bonne humeur, en musique. Beaucoup de belles choses, des rencontres, des retrouvailles, une bien belle réussite encore une fois sous le soleil du mois de Septembre. On espère déjà la prochaine édition.

Philippe A. (Pipou)