chargement en cours

Claude Camous raconte Stendhal à Marseille, la ville de son premier amour

Publié par claude camous le 27/08/2018 - Modifié le 03/09/18 20:17
Claude Camous raconte Stendhal à Marseille, la ville de son premier amour

D"après son livre qui sera offert aux 80 premiers spectateurs. Avant de devenir célèbre avec La Chartreuse de Parme, le jeune Henri Beyle, qui ne s'appelait pas encore Stendhal, vécut presqu'une année entière dans la cité phocéenne où il avait suivi Mélanie Guilbert, une ravissante comédienne ...

Lundi 20 Mai 2019 à 17 H. Claude Camous raconte :

Stendhal à Marseille, la ville de son premier amour 

D’après son livre qui sera offert aux 80 premiers spectateurs.

Cité des Associations - Salle Artémis (rez-de-chaussée)

93 La Canebière - 13001 - Marseille - 04 91 55 39 50.

Présenté et préparé avec le concours de Pierre-Marie Jonquière - 06 83 77 81 63.

Participation : 7 euros - Réduite 5 euros (Carte Fidélité et Associations diffusant nos informations)

https://sites.google.com/site/claudecamous/

 

Avant de devenir célèbre avec La Chartreuse de Parme, le jeune Henri Beyle, qui ne s’appelait pas encore Stendhal, vécut presqu’une année entière dans la cité phocéenne où il avait suivi Mélanie Guilbert, une ravissante comédienne, bouleversante interprète de Chimère, dans Le Cid.

Ce fut certainement la période la plus heureuse de son existence.

 

Claude Camous nous transporte allègrement dans l’univers romanesque et passionné du grand écrivain qui sans cesse se met en scène à travers ses héros séduisants et généreux, un univers qu’il commence à construire à travers l’une de ses toutes premières expériences de l’Amour avec Louason, nom de scène de Mélanie Guilbert, au cœur de « cette magnifique Marseille », une ville qui le fascina, en dépit de ses mauvaises odeurs, « la plus jolie ville de France » disait-il.

Il reviendra au moins à deux reprises dans la cité phocéenne et il ira à la rencontre de « ce peuple vif et passionné pour les moindres choses ». C’est d’ailleurs à Marseille, qu’il aura l’idée de Julien, le héros du  Rouge et le Noir, son immortel chef-d’œuvre.

Claude Camous aime à rappeler que Stendhal fut le véritable créateur du roman réaliste. Il  inspirera notamment Jean Giono, depuis son Angelo jusqu’à son fameux Hussard sur le toit, ce qui fera dire à Philippe Berthier, l’un des biographes de Stendhal, que le grand romancier « est un miroir qu’on promène le long de l’Histoire ».