chargement en cours

Interview: The Rabeats

Les Rabeats sont en concert le 20 mars au Palais des Congrès à Marseille. Ambiance rock et années 60 assurée.

Publié par Redac . le 12/05/2009 - Modifié le 22/03/10 15:38
Interview: The Rabeats
Quatre garçons dans le vent, les Rabeats annoncent clairement leur objectif: rendre hommage aux Beatles. Mais finalement illusion de ce groupe légendaire ou nouvelle interprétation? Rencontre avec Sly, le chanteur des Rabeats.

Pourquoi les Beatles finalement ?
Ca remonte pour chacun des membres à notre enfance. C'est difficile d'expliquer une passion c'est quelque chose qui vient d'une façon un peu magique vous envahir et ne plus jamais vous quitter.

Est-ce aussi une façon de ressusciter une époque, une ambiance rock des années 60 ?
Au début non. C'était juste de prendre du plaisir, de jouer ces chansons là et de voir ce que ça pouvait faire quand on les jouait soi même. On les avait tellement entendues sur nos disques, les disques des parents, des grands frères. C'était vraiment le truc de chanter ces chansons, un peu comme si elles s'étaient imposées à nous. Après, lorsque que vous en faites un spectacle, oui il y a une volonté de recréer une époque. Une époque dont on est fan et qu'on aime tellement que c'est que du fun.

Les Rabeats, c'est plutôt une reprise fidèle des Beatles ou une volonté de réinterprétation ?
Notre concert est scindé en 2 parties séparées par un entracte . La première partie correspond à l'époque où les Beatles jouaient sur scène, à toutes les chansons de 1962 à 66 depuis Love me do à l'album précédant Sergent Pepper. Après, ils ont cessé de jouer sur scène, ils n'ont fait que du studio et ont sorti tous les joyaux que tout le monde connaît sans les jouer sur scène. Simplement à une occasion, pendant 20 minutes sur le toit de leur maison de disque, mais ça a été un petit concert événement. Sinon il n'y en a pas. Donc cette deuxième partie qui reprend ces titres, est beaucoup plus adaptée et imaginaire, car on ne peut pas savoir comment pourraient sonner les chansons en live puisqu'ils ne les ont pas faites; sans les arrangements et l'orchestration classique qui a été ajoutée grâce à Georges Martin le cinquième Beatles de l'ombre. Dans cette deuxième partie on laisse plus libre cours à notre personnalité et effectivement c'est un autre plaisir.

Avez-vous tout de même l'envie d'écrire, de composer vos propres chansons ?
Bien entendu mais l'un n'empêche pas l'autre. Les Rabeats sont un concept , un groupe qui rend hommage aux Beatles. Mais rien ne nous empêche, soit ensemble soit chacun de notre côté, d'avoir d'autres projets musicaux et c'est le cas. Ca ne veut pas dire que les Rabeats en pâtiront cependant, notre principale activité et plaisir de tous les jours c'est les Beatles à travers les Rabeats.

Ces projets dont vous parlez se font séparément ou en groupe ?

Chacun séparément. Notre priorité reste les Rabeats mais ça ne nous empêche pas d'avoir une vie musicale variée. Le batteur des Rabeats il lui arrive d'être le batteur de Patxi par exemple.

Est-ce que ces compositions se font également dans un style années 60 ?
On essaie juste de faire des belles chansons. Mais forcément, les gens qui écoutent les chansons nous disent qu'on sent bien qu'on a écouté les Beatles. Quand vous êtes influencés par quelque chose, vous avez envie de faire sonner les guitares de telle façon et sans vraiment le faire exprès finalement.
Il y a une chanson de M que j'adore qui s' appelle Qui de nous deux. Dans cette chanson il explique qu'il ne sait pas si c'est sa guitare qui l'inspire ou si c'est lui qui décide. Et bien c'est un peu ça. Quand vous faites une chanson, vous ne savez pas vraiment d'où ça vient. Et étant donné qu'on nage dans cette piscine Beatles en permanence, forcément il en ressort des choses quand on décide de faire une chanson par nous même. D'ailleurs, dans les concerts on glisse des chansons des Rabeats qui passent comme une lettre à la poste comme on dit. Personne ne remarque que ce n'est pas une chanson des Beatles. Ils se disent qu'ils ne connaissent pas cette chanson mais elle ne vient pas comme un cheveu sur la soupe, elle s'intègre au reste du spectacle.

Et par rapport au public, vous pourriez nous dire comment se passent les rencontres?
Je pense que comme on est fan des Beatles et de la scène, on est sincère et cette sincérité est le secret des Rabeats. Nous sommes des amis, tous les 4 et même toute notre équipe, donc on est forcément dans une bonne ambiance qui nous met de bonne humeur et on a envie de la communiquer. La plupart du temps ça fonctionne. On a beaucoup de commentaires après les concerts comme : vous m'avez rajeuni de 40 ans, vous m'avez fait frissonner, vous m'avez rappelé telle histoire d'amour.

Est-il composé uniquement de nostalgiques ou bien vous séduisez également des jeunes qui ne connaissaient peut être pas les Beatles ?
Nous sommes comblés car nous avons tout ça. On a les gens qui ont l'âge des Beatles, on a leurs enfants, parfois ils viennent avec eux d'ailleurs, puis leurs enfants ado. Et même ces ados qui font les fous en bord de scène entrainent leurs parents dans un délire qu'ils avaient oubliés. C'est une réconciliation de génération grâce aux Beatles.

Pour conclure, étant donné que la majeure partie de votre activité consiste en des reprises, peut-on dire que vous êtes uniquement un groupe de scène ?
On peut le dire car c'est le cas. On a, au tout début enregistré un album studio par nos propres moyens. Il est maintenant épuisé et on ne le rééditera pas car nous sommes un groupe voué à la scène étant donné que nous jouons des chansons qui sont déjà enregistrées en studio . On estime que réenregistrer ces chansons, ça n'a pas grand intérêt, sauf en live avec la magie des lumières et de l'instant.

Propos recueillis par Fanny Nicolas.
crédit photos: Fabrice Demessence