chargement en cours

Le cirque Eloize transforme le Gymnase en Saloon

Sans doute plus habituée au froid que les marseillais la troupe québécoise du cirque Eloize avait posé ses bottes de cowboy dans le douillet Théâtre du Gymnase à Marseille en ce mois janvier.

Publié par Pauline . le 16/01/2019
Le cirque Eloize transforme le Gymnase en Saloon

Baptisé « Saloon » le nouveau spectacle du cirque Eloize qui prend logiquement place dans un bar du Far West est un concentré d’énergie et d’inventivité scénographique. Comme souvent avec le cirque contemporain, les contours entre disciplines du cirque, du chant de la musique sont flous et ici tout se mêle avec réussite pour former une expérience unique pour le spectateur.

Les disciplines traditionnelles du cirque sont bien là : voltige, mât chinois, trapèze, sangles, roue Cyr, contorsion, mais toujours au service d’une ambiance et d’une narration cohérente. La musique est jouée en live, piano, banjo, guitare, violon sont à la fête puisque 3 musiciens font partie de la troupe et donnent le tempo entre musique folk américain et country. 
Tous ces artistes cultivent leur polyvalence c’est pourquoi il ne faut pas s’étonner pas de voir un musicien jongler avec une masse, une voltigeuse chanter ou encore, à l’image de l’impressionnante Shena Tschofen pratiquer la roue Cyr, jouer du violon, faire du trapèze et encore d’avantage : vous êtes prévenus !

Evidemment le thème du western est l’occasion de toutes les excentricités. Le charivari se transforme en une bataille de saloon, le lasso est de sorti et le trapèze se pratique sur un lustre avant que l’on ait assisté à une course poursuite sur le toit d’un train !

L’humour n’est pas non plus oublié et on retiendra la belle utilisation du décor dans le très convaincant numéro de sangles de Johan Prytz par exemple ou encore les incroyables effets cinématographiques : distorsion du temps, ralentis, flash-back, aparté qui font de la mise en scène une petite merveille d’ingéniosité.

Si ce Saloon passe près de chez vous, chaussez vos éperons ou montez dans la diligence vous ne le regretterez pas.

 


 

 

 

 

 

 

Noémie Roudaut
Photos : Didier Philispart