chargement en cours

La Canebière sera bientôt entièrement piétonne

Du Vieux Port au Cours Lieutaud, la Canebière va être entièrement rendue aux piétons et aux cyclistes d'ici quelques mois. C'est tout le secteur du Vieux Port qui va s'offrir un lifting.

Publié par Jean-Baptiste Fontana le 19/12/2018
La Canebière sera bientôt entièrement piétonne

La Canebière devrait devenir entièrement piétonne entre le Vieux Port et le Cours Lieutaud d’ici fin 2019 voire 2020. Le calendrier dépend ‘officiellement’ du résultat de la consultation publique.

"Ces travaux sont le fruit de deux ans d’écoute et de rencontres avec les habitants et les commerçants. A priori, on ne devrait pas voir d’opposition." espère Sabine Bernasconi, Maire du 1/7.

Parmi les expérimentations réalisées pour comprendre l’impact de cette piétonisation, il y a notamment la mise en place des Dimanches de la Canebière. Annoncés dès le départ comme une préfiguration de cette piétonisation, ils ont été l’occasion d’un profond travail de concertation avec les acteurs du centre ville. En rendant cette artère piétonne un dimanche par mois, la ville a pu tester son impact sur la circulation, mais surtout sur son appropriation par la population.

publicite

Une piétonisation à terme jusqu’aux Réformés?

Aujourd’hui, 60 millions d’euros sont engagés pour ce vaste plan de rénovation sur 272 hectares du centre ville. On parle de la piétonisation de la Canebière du Vieux Port au Cours Lieutaud.

Mais la réflexion va être engagée pour aller jusqu’aux Réformés selon Sabine Bernasconi. Avec le lancement des travaux du nouveau cinéma à la place de l’ancienne mairie, les aménagements de ce tronçon seront à l’ordre du jour. La maire de secteur espère à terme convaincre la population de prolonger ainsi cette piétonisation.

« On veut faire le pari qu’avec des pistes cyclables sécurisées et des transports en commun qui fonctionnent mieux, les personnes laisseront leur voiture. La part de la voiture baissera au profit d’autres modes de transport » souligne Sabine Bernasconi

Car avec l’ouverture de la L2, la métropole espère que l’hyper centre ville de Marseille ne soit plus un axe de passage, traversé par les voitures. Aujourd’hui, la Canebière, dans sa partie ouverte à la circulation, c’est 410 véhicules par heure qui avancent au ralenti. Et sur le Vieux Port, ils ne sont plus que 1.500 depuis sa piétonisation.

Des pistes cyclables qui amènent quelque part

Cette mutation des modes de déplacement passera donc par le vélo et la nécessité de construire un réseau. "Il faut qu’elles nous amènent quelque part !" souligne Sabine Bernasconi. Elle imagine déjà des parcours aménagés qui permettraient d’aller jusqu’aux Catalans voire au-delà.

Les accès en voiture resteront cependant possible en encourageant l’usage des parkings souterrains. Aujourd’hui, leur principal grief est leur coût prohibitif. En surface, seules 150 places de stationnement seront conservées, dont certaines pour les taxis et les livraisons. La métropole renforcera cependant les places dans les parkings sous-terrain pour les résidents (440 nouveaux emplacements).

Tout le secteur du Vieux Port sera « apaisé »

A l’image de ce qui a été fait sur la Rue Paradis, la métropole souhaite réaménager les rues et places d’un secteur qui va de la Place de Lenche à l’Opéra, en passant par le Centre Bourse.

Le secteur de l'Opéra serait entièrement piétonnisé (Rue St Saëns, Davso) ainsi que Belsunce.

Mais au final, peu de rues seront entièrement piétonnisées. On sera davantage sur une semi-piétonisation, comme sur le Vieux Port ou la Rue Paradis : Abaissement de la vitesse à 20 ou 30km/h, pavement des rues, réduction des places de stationnement.

"Les usagers et les piétons vont se réapproprier cet espace" Jean Montagnac, Président du Territoire Marseille Provence à la métropole

Des arbres, des cafés et des pavés

Que va devenir cet espace libéré? Il sera donc ‘rendu’ aux piétons et aux cyclistes. Sur les croquis présentés dans le cadre de la concertation, la métropole imagine davantage d’espaces pour les terrasses des cafés et de nouvelles opportunités pour la culture dans l’espace public.

Deux changements seront particulièrement visibles : le macadam laissera place à des rues pavées. Et surtout, de nombreux arbres vont être plantés :

« Un archipel arboré » va être planté, composé de 300 à 500 arbres synonyme d’une volonté de végétaliser le centre ville.

Une concertation jusqu’au 5 février 2019

Avant d’engager les travaux, la métropole a l’obligation de mettre en place une concertation publique destinée à recueillir les avis de la population sur le projet et d’en tenir compte.

Outre l’enjeu légal, cette concertation a aussi pour objectif d’éviter le fiasco complet de la rénovation de la Plaine par la SOLEAM. La concertation ratée et le passage en force ont conduit l’aménageur de la ville dans la situation que l’on connait: un mur en béton unanimement décrié, un rejet d’une partie de la population et des violences inédites pour un projet de requalification d’une place.

Concrètement, sauf rejet massif, les modifications devraient se faire à la marge: plages horaires décidées avec les commerçants, emplacement des poubelles… Il n’est pas question de remettre en cause l’ossature du projet et la volonté de piétonniser ou semi-piétonniser le centre ville prévient Jean Montagnac.

Les planches de présentation du projet sont visibles au siège de la métropole (Jardin du Pharo) et dans les deux mairies de secteur concernées : 1/7 sur la Canebière et 2/3 Place de la Major. Un registre permet de recueillir les observations du public.

Les travaux doivent commencer dès « début 2019 » et seront étalés en deux phases jusqu’en 2021.

 

Illustration de l'article: croquis Michel Desvigne Paysagiste présenté lors de la concertation publique.