Connexion Requise
Connexion
rester connecté mot de passe oublié
Inscription
    • Messagerie
      Connectez-vous pour afficher vos messages.
    • Dernères pages consultées
    • Mes amis
Mon actu
Connectez-vous pour afficher vos événements et lieux favoris ainsi que vos messages.

Rover

Son charisme et physique impressionnant abrite une sensibilité à fleur de peau exacerbée dans des mélodies pop tout en finesse et une voix puissante , pénétrante et tendre tout à la fois.
Son premier album est un bijou de pop aérienne, de mélodies qui vous chavirent et remuent vos entrailles, à l'image du single "Aqualast" et de son clip magnifique. Rover reviendra dans la région  accompagné de son groupe, auréolé d'un énorme buzz médiatique et du succès public de son disque amplement mérité.> www.myspace.com/musicrover

Rencontre avec Rover

Parles-nous de tes premiers pas dans la musique ?
J'ai reçu une guitare à l'âge de 7 ans
, à mon arrivée à New York, là ça été mon premier contact avec la musique en tant qu'interprète. J'ai des parents qui sont grands consommateurs de vinyles et de musique au quotidien.
La première fois où j'ai considéré la musique comme une occupation à temps plein ça été avec The New Government au Liban, il y a 5, 6 ans. Ca été ma première approche de la musique de façon professionnelle.


Comment est né cet album ?
J'ai été expulsé du Liban en 2, 3 jours. L'album est né suite à cette cassure, ça été l'élément déclencheur. Et Rover met apparu comme une évidence. A la fois d'un point de vue thérapeutique, pour m'expliquer cet accident de parcours, et puis pour en même temps apprendre à me connaître musicalement.
Pendant tout un hiver en Bretagne, j'ai composé la grande majorité de l'album tout seul.

Dès que tu as commencé à écrire tu t'es dis « je vais sortir un album » ?
Pas du tout, c'était dans le but d'occuper mes journées mais de façon saine, et parce que j'avais cette envie. C'était important de mettre les choses que j'avais en moi, en musique.
Non, au départ, il n'était pas question de faire un album, c'était juste de faire de la musique de façon égoïste, pour moi.

Qu'est ce qui t'a inspiré dans l'écriture de ces chansons ?
L'aventure au Liban, mais aussi les autres voyages et la vie, les accidents de parcours, l'amitié, l'amour... mille choses relativement intimes. C'est sûr, le Liban a influencé indéniablement cet album, puisque ça été une période de ma vie importante et riche en rencontres, en événements quotidiens.


Pourquoi « Rover » ?
Il s'est imposé tout seul. Il a été validé dans ma tête en moins de 5 minutes ! Au moment d'écrire quelque chose sur les démos, j'avais ce mot Rover. Après il y a mille significations que l'on peut chercher au fur et à mesure, ne serait-ce que son sens en anglais (« to rove » : errer )qui fait écho à ma vie et puis esthétiquement et phonétiquement, il me plaisait.

Tu as enregistré cet album seul, sur scène qu'est ce qui nous attend ?
Sur scène je suis accompagné de 3 musiciens. Ce sont des concerts assez rock, pas forcément diffèrent de l'album. Mais en live j'essaie de suspendre le temps, c'est peut-être un peu prétentieux de dire cela ! J'essaie d'aborder chaque concert comme le dernier, de ne pas m'économiser.

Comment vis-tu cet engouement engendré par ce premier album ?
Sans langue de bois, c'est une fierté ! C'est un album très personnel et de sentir que le retour et à la hauteur de ce que l'on à donné, voir plus, c'est un vrai carburant pour le présent et pour la suite. Il a été reçu avec goût et respect, on ne peut pas rêver mieux !

Tes prochaines étapes ?
Humm... j'espère pouvoir rencontrer le public, j'espère évoluer avec mes chansons, et les voir changer sous mes yeux. Garder l'aspect organique de la musique, c'est cela qui me plait, de la voir grandir comme un enfant ! Et de pouvoir jouer dans le plus d'endroit possible, devant le plus de monde possible !

 Propos recueillis par Pauline Alcina.

Rover - Aqualast

Connectez-vous pour voir vos amis qui sont fans.
commenter
Mon commentaire
Pseudo
Ville
Email
(non diffusé)
Anti-spam merci de recopier ces caractères
Publié le 01/01/70