Connexion Requise
Connexion
rester connecté mot de passe oublié
Inscription
    • Messagerie
      Connectez-vous pour afficher vos messages.
    • Dernères pages consultées
    • Mes amis
Mon actu
Connectez-vous pour afficher vos événements et lieux favoris ainsi que vos messages.

Gil Scott-Heron

Gil Scott-Heron naît en 1949 à Chicago, d'une mère bibliothécaire et d'un père footballer. Après le divorce de ses parents, sa grand-mère qui l'élève, va l'initier au piano et à la littérature. Gil Scott Heron va étudier les artistes de la renaissance de Harlem, en particulier le poète Langston Hughes. Il part vivre à New-York et comme lui, s'inscrit à la Lincoln University. Il abandonne rapidement ses études pour se consacrer pleinement à l'écriture. La ségrégation raciale est encore très virulente à cette époque et la misère bat son plein dans des quartiers comme le Bronx. Il publie son premier roman The Vulture (Le Vautour) dans lequel il raconte le quotidien ardu des jeunes vivant dans le ghetto puis dans la foulée le fameux petit recueil de poèmes "Small Talk at 125th & Lenox".

Il est contacté par le producteur de jazz Bob Thiele et va ainsi trouver une base musicale sous la forme de rythme de congas pour ses textes. C'est ainsi que son premier album "Small Talk at 125th & Lenox" sort en 1970 alors qu'il a tout juste 21 ans. Vont ensuite s'enchaîner la sortie du magnifique "Pieces of a Man" en 1971 dans lequel on trouve le célèbre morceau « The Revolution will not be televised » et celle de l'album "Free Will" en 1972. Il tente au travers de ses albums de donner des pistes à la communauté afro-américaine et de l'éclairer sur sa condition d'alors aux Etas-Unis. Avec la même fougue il publie son deuxième roman The Nigger Factory. Jusqu'à la fin des années 70, Gil Scott Heron continue à sortir des albums à succès : "The First Minute of a New Day", "From South Africa to South's Carolina" qui comptent parmi ses meilleurs albums.

Après plusieurs tournées Gil Scott Heron sombre quelque peu dans l'oubli et les rumeurs vont bon train sur sa dépendance aux drogues. Mais il n'a pas dit son dernier mot et revient en 1994 avec l'album "Spirits" qui est très bien accueilli par les critiques, allant pour certains jusqu'à le qualifier de meilleur album de sa carrière. Une fois n'étant pas coutume, il renoue avec ses vieux démons et les années 2000 ne verront pas Gil Scott Heron sous son meilleur jour. Mais le destin lui sourit à nouveau en 2008 lorsqu'il est contacté par un producteur anglais pour enregistrer un nouvel album et c'est ainsi que "I'm New Here" voit le jour en 2010.

Véritable légende de la soul, Gil Scott Heron a trouvé la mort le 27 mai 2011 à New York.

 

Connectez-vous pour voir vos amis qui sont fans.
commenter
Mon commentaire
Pseudo
Ville
Email
(non diffusé)
Anti-spam merci de recopier ces caractères
Publié le 01/01/70