chargement en cours

Grand Corps Malade ''Je ne ferai jamais un album entièrement chanté''

A quelques jours de son concert Fabien Marsaud a répondu à nos questions et nous en dit plus sur son plan B.

Publié par Pauline . le 22/03/2019
Grand Corps Malade, l'interview

Grand Corps Malade est actuellement en tournée après la sortie de son dernier album Plan B en février 2018. Avant son concert au Silo, l'artiste a répondu à nos questions.

 

Vous avez réussi à faire de votre propre genre musical un genre à part entière... Vous auriez imaginé une telle chose quand vous avez commencé à slamer ?

Grand Corps Malade : Non certainement pas, j'ai commencé le slam dans les cafés juste pour le plaisir et au bout de 2, 3 ans j'ai eu envie de mettre mes textes en musique. Avec un pote, on a enregistré chez lui et avec les moyens du bord. Avec ce style de poésie mise en musique, jamais, je n'aurais imaginé au bout de 13 ans avoir fait plein d'albums et de tournées!

publicite

Vous passez du slam à la musique à la chanson?

Mon envie de chanter est née sur scène sur la tournée précédente. A la base, j'écris des textes. La manière la plus naturelle pour les partager pour moi c'est scander, parler, et des fois, pour le bien d'un morceau, sur des petits refrains ou des chansons ça peut se chanter aussi, après je ne ferai jamais un album entièrement chanté! Mais c'est agréable, ça met du relief et sur scène j'apprécie de voir le public qui reprend.

 

Plan B est un positif, c'est cette idée de deuxième chance, vous êtes quelqu'un de positif en général ?

Il y a des sujets positifs mais il y en a aussi des plus cyniques ou plus interrogatifs. J'aime bien, sur un album, varier les humeurs et d'amener différentes émotions. Plan B est effectivement un titre très positif, une deuxième chance, un nouveau départ...

Quand on se retrouve dans une impasse, que le plan A a échoué, il y a toujours un plan B sous le coude qui peut marcher.

Grand Corps malade, artiste engagé ?

Dans chaque album, je varie les humeurs et certains textes sont plus ouverts sur le monde qui nous entoure, sur notre société.

Effectivement dans la chanson Au feu rouge, je traite le parcours d'une jeune Syrienne réfugiée, il y a aussi la chanson Patrick, déclaration d'admiration un peu cynique dédiée au maire de Levallois, pas si drôle que ça.

Qu'est-ce qui attend le public qui vient vous voir sur scène ?

Je suis très fier de mes albums mais encore plus de ce qui se passe sur scène! J'ai trois musiciens multi-instrumentalistes, on arrive à varier les ambiances grâce à leurs talents, il y a donc des moments émouvants, des pianos-voix, et il y a des moments très rythmés, plus enjoués. On voit le plus qui se lève, qui danse et chante avec moi. Je tchatche pas mal, avec des anecdotes, je raconte le pourquoi du comment. Il y a des moments très proches du stand up.

Vous êtes le parrain de l'association marseillaise Sourire à la vie ...

C'est une association qui accompagne les enfants malades du cancer et on  fait avec eux des choses incroyables. Frédéric Sotteau est une personne rare qui se dévoue corps et âme pour ces enfants. Et on fait des spectacles mais des très beaux spectacles, j'étais sur scène avec les enfants avec Richard Bohringer, de la scénographie, de la mise en scène. Les enfants ont travaillé pendant des mois.

Et le lieu accueille les enfants à l'Estaque et il y a aussi de grands projets, l'association emmène 12 enfants en Laponie, dans le grand nord!

www.sourirealavie.fr

 

Rendez-vous mercredi 27 mars pour le concert de Grand Corps Malade au Silo de Marseille.

 

 

 

 

 

On en parle sur Frequence-sud.fr