chargement en cours

Cité de l'innovation, Musée de la Marine, croisières, parcs... Toulon va se métamorphoser entre Mayol et Pipady

La métropole lance un appel à projet pour transformer 44 hectares entre le Port de Commerce et la Tour Royale. Un projet d'envergure qui va changer le visage de Toulon.

Publié par Jean-Baptiste Fontana le 25/02/2019
Cité de l?innovation, Musée de la Marine, parcs? Entre Mayol et Pipady, le futur de Toulon s?imagine dès aujourd?hui

"C’est le projet le plus important depuis les années 70 sur ce secteur!" Hubert Falco, le maire de Toulon et président de la Métropole a lancé aujourd’hui une grande consultation pour des études de "conception urbaine et paysagère" qui seront suivies d’un appel à Manifestation d’Intérêt. Composé de plusieurs acteurs institutionnels (Marine Nationale, Préfecture, Conseil Départemental, etc.), un comité de pilotage travaille pour aménager de manière concertée ce vaste territoire de 44ha situé entre Mayol et Pipady.

Le cœur du projet est la transformation de l’ancien site de la DCNS. Situé entre la piscine du Port Marchand et le site de la DGA (qui restera à la Marine), cet espace de 3,5ha va être entièrement repensé.

publicite

 

Une future cité de l’innovation et le déménagement du Musée de la Marine

Si le but de l’appel à projet est précisément de lui trouver une nouvelle vocation, quelques pistes sont déjà évoquées : le Musée de la Marine, situé à l’entrée de l’arsenal est trop à l’étroit. Il souhaiterait déménager ici, avec une surface plus importante : "L’idée serait de disposer de plusieurs milliers de mètres carrés" confie le contre-amiral Laurent HEMMER, adjoint territorial au préfet maritime.

Ce nouveau musée de la Marine pourrait s’intégrer dans une ambitieuse Cité de l’Innovation. L’idée serait d’associer le passé maritime de Toulon, volet actuel du Musée de la Marine, avec les innovations et la valorisation du savoir-faire maritime de Toulon. Mais ce projet ne sera pas uniquement porté par la Marine. Elle en sera partie prenante aux côtés d’autres partenaires et financeurs à trouver.

 

Le nouveau quai d’accueil des croisières

Autre projet d’envergure sur cet ancien site : la création d’un quai destiné à accueillir les navires de croisières. Equipé des dernières innovations techniques, ce quai de 400m de long va donc être entièrement créé dans ce secteur. Au delà des installations maritimes, c’est toute une vocation touristique qui s’ouvre donc pour ce secteur.

Une grande partie des 3,5ha de l’ancien site de la DCNS sera donc rasé, mais pas la totalité. Certains bâtiments et installations historiques devraient être conservés et valorisés. Le grand hangar en béton, avec ses grandes voûtes est un marqueur fort de l’architecture du XXème siècle. Il est possible qu’il puisse s’intégrer dans le futur projet.

 

44ha à réaménager

A part ces deux projets, les institutions ne souhaitent pas révéler la vocation future de ce nouveau lieu. C’est précisément l’objet de cet appel à projet. Seule concession, c’est un refus ferme d’y installer une marina selon le maire. Il ne devrait pas non plus y avoir de nouveaux immeubles d'habitation.

Outre ce site central, d’autres secteurs vont être aménagés : le Port de Commerce devrait subir d’importants travaux avec un possible parking, la caserne des pompiers va aussi se transformer. A la pointe, c’est l’avenir de l’ancien môle des torpilles qui devra être déterminé (photo ci-dessous). Ce bâtiment, construit au début de la grande digue devant la Tour Royale est à l’abandon depuis de nombreuses années. Il pourrait être démoli ou transformé. 

 

Un chantier d’au moins cinq ans

L’année 2019 devrait permettre de déterminer les grandes lignes du projet et de lancer les études. Ce seront ensuite des investisseurs privés, accompagnés des institutionnels qui débuteront la phase de travaux.

A part pour le choix des architectes en charge de ces études, le calendrier est à définir. Huber Falco souhaite aller au plus vite et confie qu’il s’agira d’un des grands projets de la prochaine mandature. A l’image de ce qui peut se faire à Chalucet, c’est un projet qui pourrait être réalisé d’ici environ cinq ans.

 

Un parc créé dès cette année

En attendant ces grands travaux, la ville et la métropole vont aménager dès cette année un nouveau parc sur l’ancien site de la DCNS. A l’image du parc de la Tour Royale, cet espace sera rendu aux Toulonnais. Le début des travaux pourrait commencer dès la rentrée 2019.

photos: Olivier Pastor / Laurent Perrier / TPM / Ville de Toulon