chargement en cours

Claude Camous raconte La Commune à Marseille

Publié par claude camous le 27/08/2018 - Modifié le 03/09/18 19:22
Claude Camous raconte La Commune à Marseille

D'après son livre qui sera offert aux 80 premiers spectateurs. Entre rires et larmes, entre drame et comédie, plusieurs mois avant Paris, Marseille va vivre pendant neuf mois à l'heure du pouvoir régional tandis que la garde civique constituée d'ouvriers tiendra la rue et fera office d'armée et de police, avec d'inévitables excès.

Lundi 04 Mars 2019 à 17 H. Claude Camous raconte :

La Commune à Marseille

D’après son livre qui sera offert aux 80 premiers spectateurs.

Cité des Associations - Salle Artémis (rez-de-chaussée)

93 La Canebière - 13001 - Marseille - 04 91 55 39 50.

Présenté et préparé avec le concours de Pierre-Marie Jonquière - 06 83 77 81 63.

Participation : 7 euros - Réduite 5 euros (Carte Fidélité et Associations diffusant nos informations)

https://sites.google.com/site/claudecamous/

 

Entre rires et larmes, entre drame et comédie, plusieurs mois avant Paris, Marseille va vivre pendant neuf mois à l’heure du pouvoir régional tandis que la garde civique constituée d’ouvriers tiendra la rue et fera office d’armée et de police, avec d’inévitables excès. Drapeau rouge et drapeau noir flotteront sur la préfecture. Claude Camous nous entraîne au cœur de cette bourrasque révolutionnaire « plus violente qu’une tempête de mistral ».

 

Sur cette république populaire et un peu utopique, plane la grande figure de Gaston Crémieux, « l’avocat des pauvres », animé d’un idéal de fraternité et de générosité. Le « factieux incorrigible » sera fusillé dans les jardins du Palais du Pharo, le palais de l’ex-impératrice Eugénie.

Victor Hugo, dans une lettre à Noémie, sa veuve, parlera d’« un poète rare, un écrivain distingué, un père aimant ses enfants, un mari adorant sa femme ».

Une autre grande figure de l’époque domine dans cette évocation de Claude Camous. C’est celle d’Adolphe Thiers au sujet desquels les historiens sont toujours partagés.

Claude Camous est l’auteur en 2009 de « La Commune à Marseille », préfacé par Jean Contrucci.

Interrogé en 2011 par Léo Purguette, journaliste de « La Marseillaise », Claude Camous regrettait que cette expérience ne laissa pas une grande empreinte dans la ville  : « Cette période exaltante qui s’est achevée par une répression dans le sang - 150 victimes parmi les insurgés - est largement méconnue des Marseillais eux-mêmes ».